UNAPOL : “La crise est derrière nous » (Commissaire Armiyaho Zongo)

1921 0

Le bureau national de l’Union Police Nationale (UNAPOL), dirigé par le commissaire Armiyaho Zongo, a animé une conférence de presse le mardi 6 novembre 2018. Face aux hommes de médias, le commissaire de police et ses camarades militants ont apporté des éléments de réponses sur la crise qui secoue ledit syndicat. Ils ont par ailleurs rappelé les grands axes de la lutte syndicale au sein de leur corps.

L’Union Police Nationale connat depuis un certain temps des troubles au sein de ses instances dirigeantes. Pour cause, deux bureaux se revendiquent le contrôle du syndicat. Le commissaire de police Armiyaho Zongo, secrétaire général du « nouveau bureau » dit être élu le 24 septembre 2018 lors d’un congrès extraordinaire. Pour lui le mandat de « l’ancien bureau » a pris fin en mai 2018.

« Dans un contexte de réforme globale du secteur de la sécurité, un syndicat de la police doit être une force de proposition, de veille, de critique constructive, de protection de ses membres afin de garantir à l’ensemble des policiers de meilleures conditions de vie et de travail, d’épanouissement dans l’intérêt supérieur de la sécurité nationale », a ajouté le commissaire de police Armiyaho Zongo.

Sur la question des difficultés liées à l’élection d’un nouveau bureau et l’invalidation de sa candidature dans un premier temps, le commissaire de police Zongo affirme que c’était « une mascarade électorale ». Pour lui, les raisons avancées par l’ancien bureau ne sont pas fondées. Du reste, il est convaincu que les choses sont rentrées dans l’ordre. « La crise que l’UNAPOL a connue n’a rien d’alarmant. Moi je trouve que la crise est derrière nous », a-t-il dit.

« Confronté depuis mai 2018 à une insécurité judiciaire liée au fait que le mandat de l’ancien bureau est arrivé à expiration, il était alors nécessaire de renouveler les instances. C’est ainsi que la date du 08 septembre 2018 fut retenue pour le congrès ordinaire. Suite à l’échec du congrès du 8 septembre et aux multiples tentatives de conciliations sans succès, une assemblée générale extraordinaire a été convoquée le 24 septembre et c’est à l’issue de cette instance que ma candidature et celle de mon bureau a été portée à la tête du syndicat » (Commissaire Armiyaho Zongo)

Concernant les revendications syndicales, le « nouveau bureau » dit vouloir lutter pour une sécurité policière, un renforcement de la bonne gouvernance au sein de la police, une bonne gestion des ressources humaines, une augmentation de la puissance de feu de la police nationale et une création d’une loi de programmation sécuritaire.

« L’UNAPOL revendique sa place dans le partage territorial des forces » a ajouté Armiyaho Zongo. Il affirme militer pour une adoption du décret de prise en charge des policiers victimes d’attaque, un renforcement du renseignement policier et un recrutement d’un cabinet d’avocat pour une assistance judicaire convenable des policiers.

Le bureau dirigé par Armiyaho Zongo dit vouloir tout mettre en œuvre pour travailler avec toutes les autres structurées syndicales de leur corps afin de défendre l’intérêt supérieur de la police nationale.

Basile SAMA (stagiaire)
Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *