L’AJ UEMOA plaide pour la célébration de la journée de la jeunesse africaine

172 0

L’Association jeunesse de l’Union économique et monétaire ouest africaine (AJ UEMOA) a organisé une cérémonie de don de sang le 3 novembre 2018 dans le cadre de la commémoration de la journée de la jeunesse africaine célébrée tous les 1er novembre. L’Association a saisi cette occasion pour plaider en faveur de la célébration de la journée africaine de la jeunesse.

Dans le cadre de la commémoration en différé de la journée de la jeunesse africaine, l’AJ UEMOA a organisé une cérémonie de don de sang au Centre Marcus Garvey au quartier  Kamsonghin. L’objectif est de recueillir au moins 100 poches de sang pour soutenir les victimes des attentats terroristes. Il s’agit de l’une des activités entrant dans le cadre de la commémoration de la journée de la jeunesse africaine instituée par l’Union africaine et célébrée en principe le 1er novembre de chaque année.

Selon les organisateurs, cette initiative même des Etats africains est oubliée alors que la journée internationale de la jeunesse africaine est bien célébrée à travers le continent. Selon le coordonnateur Georges Kouwounou, cette journée passe chaque année sous silence au Burkina Faso. L’une des raisons évoquées est la célébration de la fête de l’armée nationale commémorée le même jour.

 L’AJ UEMOA qui signale qu’elle n’est pas une structure de l’UEMOA mais regroupant uniquement les jeunes de cet espace, célèbre la journée africaine de la jeunesse à travers le thème : « Faire entendre la voix des jeunes dans la lutte contre la corruption ».  

Selon Georges Kouwounou, « la corruption affecte de manière disproportionnée les personnes vivant dans la pauvreté et surtout celles dont la voix est marginalisée et dont la plus grande majorité sont des jeunes ». Il ajoute que « les jeunes sont touchés par la corruption comme en témoigne l’accès limité aux opportunités politiques, économiques et sociales ». Les effets de tout cela se résument au taux de chômage élevé, un accès limité aux services publics, une méfiance à l’égard des systèmes de gouvernance, la migration, l’extrémisme violent etc. Les activités de l’AJ/UEMOA vont se tenir dans les régions du Sahel, la Boucle du Mouhoun, l’Est et les Hauts-Bassins.

L’AJ/UEMOA souhaite que les jeunes soient des solutions aux problèmes du Burkina, l’implication des jeunes aux actions de développement, la prise en compte des questions de terrorisme, d’insécurité et d’incivisme qui fragilisent la paix sociale.

Boukari OUÉDRAOGO 

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre