Eddie Komboigo : « Le gouvernement Thiéba devrait rendre sa démission »

269 0

« Face aux défis actuels et futurs, bâtissons un CDP uni, solidaire et conquérant ». C’est le thème choisi par le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) pour effectuer sa rentrée politique 2018-2019. La cérémonie a eu lieu le dimanche 18 novembre 2018 à Ouagadougou sous la Présidence du premier responsable du parti, Eddie Komboigo. Cette activité, selon les organisateurs, vise à sonner la mobilisation « pour un CDP toujours plus fort ».

Le parti de Blaise Compaoré a effectué le dimanche 18 novembre 2018, sa rentrée politique 2018-2019 sous le thème, « Face aux défis actuels et futurs, bâtissons un CDP uni, solidaire et conquérant ». A travers ce thème, explique Boubacar Sanou, président du Comité d’organisation, cette rentrée « offrira l’opportunité d’asseoir les bases d’une organisation appropriée et d’une responsabilisation accrue ».

Par ailleurs, cette rencontre du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) sera marquée par l’installation officielle des nouveaux organes statutaires émanant du dernier Congrès ordinaire du parti, c’est-à-dire le haut conseil, le bureau politique national et les commissions permanentes. Un programme triennal d’activités du parti sera par ailleurs adopté. L’actuel président du CDP, Eddie Komboigo a, dans son discours déploré l’état de l’économie qui serait en « pleine détérioration ».

Selon le président du CDP, « le régime actuel n’est plus loin d’un dépôt de bilan en matière de gouvernance » et pire, « le PNDES est un fiasco. Le PNDES est un pétard mouillé », a déclaré Eddie Komboigo avant d’appeler le Premier ministre à prendre ses responsabilités. « Le gouvernement Thiéba devrait tirer les leçons de son échec et rendre sa démission », poursuit le premier responsable du CDP.

Les récentes hausses du prix des hydrocarbures ont été également condamnées par le Président du parti. L’ancien parti au pouvoir balayé à l’occasion de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 a réaffirmé son soutien aux mouvements syndicaux et aux organisations de la société civile qui dénoncent cette hausse jugée « injustifiée » et qui « vise à masquer la mal gouvernance de la majorité ».

« La lutte contre le terrorisme, contrairement à ce que croit la majorité, nécessite l’union de tous les Burkinabè. Se laisser aller à des accusations faciles, tendancieuses, fantaisistes et irresponsables, comme leurs dirigeants le font, n’est qu’un aveu d’échec et une fuite en avant »

Eddie Komboigo, le dimanche 18 novembre 2018

Sur la situation sécuritaire, le CDP a réaffirmé son soutien aux Forces armées en lutte contre l’insécurité. Le parti se dit ouvert à tout dialogue national inclusif sur la question de la sécurité pour apporter sa contribution à l’éradication du terrorisme et au retour d’une véritable paix au Burkina Faso. Qu’à cela ne tienne, Eddie Komboigo a critiqué la gestion du problème de l’insurrection par le gouvernement.

« S’il est vrai que le terrorisme sévissait dans certains pays voisins, explique le Président du CDP, la faiblesse de la riposte nationale s’explique par l’incompétence notoire du pouvoir actuel et ses alliés. Le manque de vision, le tâtonnement politique, le manque de moyens logistiques sont aussi d’autres causes qui expliquent cette incapacité à freiner l’insécurité et le terrorisme ». Il a appelé les militants du CDP à collaborer avec les Forces armées pour lutter contre le terrorisme.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *