« L’ami Fidèle » : Sans Missa Hébié et Joyeux noël, ça tourne toujours

1123 0

« L’ami fidèle » est le titre de la série que tournait le réalisateur Missa Hébié, disparu le 26 septembre 2018. Le 24 octobre 2018,  soit 1 mois après, c’est l’un des comédiens de la série qui abandonnait le plateau.  Norbert Sawadogo alias  «Joyeux noël” comme on l’appelait,  jouait le rôle du fou dans la série. Malgré  ces coups durs, la série se poursuit toujours. Les amis n’abandonnent pas. La série postule pour le FESPACO 2019 et c’est l’un des projets ayant bénéficié de la subvention du président Rock Marc Christian Kaboré pour représenter le pays à la 26e édition.

Mercredi 31 octobre 2018, il est 9h 45 mn.  Après une pause-café, accompagnée de sandwich, on se met en place, chacun dans son rôle. La scène se passe dans une cour dans une des villas de la cité SOCOGIB au quartier Ouaga 2000 avec une dizaine de personnes, comédiens et techniciens. On demande le silence plusieurs fois. Une ambiance bon enfant règne. Les comédiens, les uns plus taquins que les autres, se chahutent. Après plusieurs minutes, on arrive à retenir l’attention des uns et des autres. Le cameraman se positionne, le perchman prend position, le réalisateur, Ibrahim Hébié, assis devant son écran, demande le moteur.

Le réalisateur : Moteur !

Le cameraman : ça tourne,

Le réalisateur: Action !

La comédienne (Nicole Sanou) sort de la maison, sac à main et s’installe dans une des chaises disposées sur la terrasse. Elle feint de lire un magazine. Son téléphone sonne dans le sac, elle fouille pendant quelques secondes puis le retrouve enfin. La personne au bout du fil a déjà raccroché. Elle regarde et dit sans se soucier : « La personne va rappeler ». Elle remet le téléphone dans le sac et se replonge dans sa lecture.

« Coupé ! », s’exclame le réalisateur. Ce n’est pas parfait, on reprend la scène. Le ciel s’assombrit et la lumière n’est pas suffisante. On sort les spotlights pour chasser les ombres.  Et on reprend la scène. Cette fois, c’est la bonne !  On fait plusieurs prises, plan serré, plan large. Et la séquence 11 est dans la boîte après près de 30 minutes.

« L’Ami fidèle » est une série de 52 épisodes, de 13 minutes chacun, écrit par Missa Hébié. C’est l’histoire d’un enfant, Djibi, qui revenant de l’école, trouve un caniche abandonné devant une porte. Il joue avec le caniche et en rentrant il ne le lâche pas et le suit jusqu’à la maison.

Une fois à la maison, il ne sait pas quoi faire. Il n’y a pas un endroit prévu pour les chiens à la maison. Il décide de mettre le caniche dans le magasin. Mais, il se trouve que son père a la phobie des chiens. Son frère jumeau est mort des morsures d’un chien. C’est un dilemme pour le petit Djibi qui a tout de même voulu garder le caniche avec la complicité de son amie Mimi. Telle est la trame de la première saison de 52 épisodes encore en tournage.

A notre passage sur le plateau, le mercredi 31 octobre 2018, l’équipe était à la séquence 11 de l’épisode 26. Il ne restait que 4 épisodes pour boucler la première saison. 22 épisodes sont déjà en boite et le montage presque terminé.

La durée du  tournage de la série était prévue initialement pour trois mois mais en plus du démarrage tardif, (le 1er août au lieu du 1er juillet faute aux décaissements tardifs des fonds), des évènements malheureux ont prolongé la durée.

Ibrahim Hébié, réalisateur

« C’est pendant le tournage de l’épisode 23 intitulé “le fou”, que le réalisateur principal (Missa Hébie) est décédé. Ce qui nous a amenés à arrêter le tournage pendant un bon bout de temps, (3 semaines) et après cet évènement malheureux, on a repris, le comédien qui jouait le rôle du fou est décédé aussi. Il lui restait trois séquences à tourner. Du coup, c’était compliqué et là nous avons décidé de modifier un peu des séquences de cet épisode », explique Ibrahim Hébié, fils du défunt réalisateur.

Cependant, comédiens, techniciens gardent le moral et sont déterminés à poursuivre le travail. A aucun moment de la journée, nous avons pu constater une quelconque tristesse ou plainte. Sauf le jeune acteur, Djibi, qui commençait à se plaindre de la fatigue. «Tous sont présents et chacun joue son rôle. A aucun moment, je n’ai eu à me plaindre d’eux, ils sont tous compréhensifs », confie toujours le fils.

La série a bénéficié de l’aide (50 millions F CFA) apportée par le président du Faso aux cinéastes pour représenter le Burkina au FESPACO 2019. Alors Hébié fils rassure :  « Pour le FESPACO, il n’y a pas de problème. Les épisodes qu’on a décidé de présenter sont bouclés, montés. Il n’y a pas de souci, même si on nous dit demain de venir avec la copie, on est prêt. On garde toujours la copie au studio parce que le monteur travaille toujours là-dessus pour que ce soit vraiment bien comme on veut ».

Ibrahim Hébié sera-t-il à la hauteur du père connu pour ses séries attractives ? « Si tu donnes un scénario à 10 réalisateurs différents, ça va être dix films différents parce que ce n’est pas la même manière de travailler», rétorque-t-il. Avant de rassurer que son background, son expérience aux côtés de son père, lui permettront de relever le défi.

« Avant de travailler avec lui, dit-il, j’ai fait une école de cinéma, l’observatoire du cinéma français. J’ai fait l’école de réalisation, de montage, de scénarisation. Je me dis qu’avec tous ces bagages que j’ai, avec l’expérience que j’ai eue à ses côtés, vu aussi tous ce que j’ai eu à réaliser, quelques épisodes du commissariat de Tampy, Stop corruption, quelques séquences de ses longs métrages, je connais un peu la vision du réalisateur principal, je connais sa manière de travailler. Il ne devrait pas y avoir de problème. Je suis aussi entouré par des techniciens qui me connaissent et le connaissent aussi, des comédiens compréhensifs ».

Ainsi donc Ibrahim Hébié se sent capable d’emboîter les pas de son père. Le défunt laisse un projet  de long métrage intitulé « L’indépendant », un film qui retrace la vie du journaliste Norbert Zongo. Mais après son décès, le projet a été retiré de la compétition au Fonds cinéma en France. Le fils promet le poursuivre.

Ouédraogo Issa, Nicole Sanou, Assane Bandé (Djibi), Flore Guiré, sont entre autres les têtes d’affiche de « L’ami fidèle ».

Revelyn SOME

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre