BEP jumelé au Bac : Les acteurs du processus outillés

1584 0

Le Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA) a organisé un atelier de formation des acteurs chargés de la mise en œuvre des spécialités d’enseignement technique dans les établissements d’enseignement général, les 23 et 24 novembre 2018 à Koudougou.

Rendre l’ensemble des acteurs chargés de la mise en œuvre de formations au BEP jumelées au cursus du Baccalauréat série D aptes à installer et à piloter le nouveau système en cours d’expérimentation, tel est l’objectif visé à travers la formation des acteurs chargés de la mise en œuvre des spécialités d’enseignement technique dans les établissements d’enseignement général.

Selon Solange Compaoré, directrice générale de l’enseignement et de la formation technique et professionnelle (DGEFTP), les acteurs chargés de la mise en œuvre de ces formations jumelées pour la rentrée scolaire 2018-2019 ne sont pas assez outillés pour appliquer les consignes relatives à ce concept novateur. Ces consignes sont entre autres, l’alternance des sites de formation, le contrôle des volumes horaires dus par matière, l’organisation de la modularisation des enseignements, la programmation hebdomadaire des cours et les modalités d’évaluation des apprenants.

Pour le secrétaire général du ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (MENA) Kalifa Traoré, dans son programme de gouvernance, le président du Faso énonce que « si l’école burkinabè continue de charrier des milliers de personnes sans qualification professionnelle, le chômage des jeunes n’aura aucune solution durable. Il faut inverser la tendance actuelle qui consiste à former plus de généralistes que de techniciens, d’où l’importance de la formation professionnelle des jeunes ».

En ce qui concerne le post-primaire, les  ambitions du président du Faso sont, entre autres, d’accroître les effectifs de l’éducation formelle technique et professionnelle (EFTP) jusqu’à 16% de l’effectif scolarisable. D’après lui, en disant cela, le président du Faso tient compte du fait qu’en deçà de ce taux, l’offre de qualification professionnelle ne permet pas de couvrir les besoins en profils professionnels pour animer un contexte économique de pays émergent. A moins de ce taux, l’expansion d’un contexte économique favorable aura pour conséquence de générer un flux migratoire de main d’œuvre étrangère au détriment des profils locaux de qualifications.

Un processus novateur

C’est pourquoi, ajoute-t-il, le ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation a décidé d’explorer d’autres stratégies pour augmenter la capacité d’accueil de l’EFTP, les stratégies ordinaires s’avérant extrêmement couteuses pour le budget de l’Etat. C’est ainsi que la DGEFTP a été instruite d’expérimenter la formation au BEP jumelé au cursus du Baccalauréat, et l’ouverture de spécialités techniques dans les établissements d’enseignement général.

Ces concepts de formation offrent l’avantage d’une meilleure mutualisation des ressources humaines, infrastructurelles, matérielles et même financières pour plus d’efficience dans le contexte de ressources limitées qui est le nôtre.

« Vous êtes donc tous impliqués dans un processus novateur, dira-t-il, de notre système éducatif, et vous êtes les pionniers d’une nouvelle vision de l’éducation et la formation qui doivent désormais être les deux faces d’une même médaille ». De son avis, les participants vont  recevoir les informations et la formation nécessaires pour leur permettre de conduire avec succès les premières promotions d’élèves formés selon le nouveau concept d’établissements polyvalents.

Il a encouragé et  exhorté  les participants à  s’investir pleinement lors de cette formation, pour qu’à son terme, ils puissent tous rassurer le ministre sur la volonté de tous les acteurs de faire de cette initiative naissante le modèle général de l’éducation au Burkina Faso.

Michel YAMEOGO

Pour Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *