Ouagadougou abrite un forum international pour la paix et la sécurité

706 0

Le forum annuel des jeunes pour la paix et la sécurité en Afrique de l’Ouest et au Sahel a ouvert ses portes ce lundi 10 décembre 2018  à Ouagadougou. Prévu du 10 au 12 décembre 2018, il vise essentiellement à contribuer à la lutte contre l’insécurité dans cette partie de l’Afrique.

17 pays d’Afrique de l’Ouest et du Sahel, représentés par le Réseau ouest-africain et sahélien des jeunes femmes et hommes, prennent part au premier forum annuel des jeunes pour la paix et la sécurité dans la Capitale burkinabè.

Ce forum, qui a ouvert ses portes ce 10 décembre 2018 à Ouagadougou, est co-organisé par le Bureau des Nations-Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) et le Centre de développement de la jeunesse et des sports de la CEDEAO. Il rentre dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, selon ses organisateurs.

Pour la représentante des jeunes, Marielle Mahule Degboe, il est question dans ce forum de valider un rapport qui a été élaboré par des jeunes dans lequel le seul objectif est d’être beaucoup plus efficace. « La contribution des jeunes, c’est de partager leurs expériences en tant que jeunes leaders, mais également de proposer des solutions adéquates pour pouvoir contrer ces maux qui minent l’Afrique de l’Ouest et le Sahel », a-t-elle expliqué.

Pour une mobilisation forte de la jeunesse…

Le Maire de la Commune de Ouagadougou, Armand Pierre Beouindé, a indiqué que « c’est la diversité des compétences ici réunies qui constitue la force de ce forum ». A entendre le Représentant spécial de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mohamed Ibn Chambas, le forum a pour but d’impliquer la jeunesse dans la lutte contre le terrorisme.

« La jeunesse est une composante très stratégique dans nos pays. Il faut les mobiliser pour les activités positives et constructives. Les Nations-Unies vont travailler avec la CEDEAO pour une mobilisation forte de la jeunesse, pour la prévention des conflits et la prévention de l’extrémisme violent », a déclaré le Diplomate ghanéen.

Mohamed Diakité, Représentant permanent de la CEDEAO au Burkina Faso, estime, pour sa part, que ce premier forum annuel, qui va durer 72 heures à travers la validation du rapport final et le lancement de mentorat, a un impact positif dans la vision de la jeunesse.

« Nous sommes confrontés à un défi nouveau, nous sommes à la recherche des solutions nouvelles. Dans cette réflexion, les Nation-Unies y compris la CEDEAO et d’autres ont compris que tout n’est pas dans une réponse sécuritaire. Il faut mettre l’accent sur la prévention et l’implication des jeunes qui constituent plus de 60% de la population », est convaincu Mohamed Diakité.

Saly OUATTARA et Noufou KINDO

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *