Zéro corvée d’eau : Entre les annonces et la réalité sur le terrain

956 0

Derrière les promesses des politiques, il y a la réalité des chiffres, du terrain. Qu’en est-il de l’offre d’eau et d’assainissement ?

En campagne électorale (novembre 2015), l’actuel président du Faso, alors candidat à l’élection présidentielle, prenait l’engagement à ce qu’au moins 80% de la population urbaine et 50% de celle rurale aient des accès aux services et infrastructures adéquats d’assainissement.

A la même période, l’IRC lançait sa campagne « je vote pour celui qui me promet de l’eau ». Et le candidat Roch Kaboré avait répondu à l’appel à « répondre aux besoins en eau potable et favoriser un cadre de vie sain » par sa promesse de « zéro corvée d’eau ». Cette campagne sera suivie plus tard par le lancement de la mission Fas’Eau d’une durée de 42 mois (juillet 2017-2020) avec pour but principal, « fortifier une société civile représentative défendant les droits humains auprès du gouvernement dans le secteur eau et assainissement ».

Trois ans se sont écoulés depuis la lutte pour l’occupation du palais de Kossyam pour un bail de cinq ans renouvelable une fois. Qu’en est-il de ces promesses dans la province du Nahouri, région du Centre-sud, à moins de deux ans des prochaines échéances électorales ? 

Selon les estimations figurant dans le Plan national de développement économique et social (PNDES), on dénombre « plus de 1 018 barrages et 790 autres retenues d’eau de surface » sur toute l’étendue du territoire national. Seulement « plus de 95% des barrages sont constitués de petits ouvrages de moins de 10 mètres de hauteur et 80% ont une capacité de moins d’un million de mètres cubes ».

Mais la population de cette province frontalière d’avec le Ghana n’a pas de retenue d’eau de surface. « La ville de Pô est alimentée par 16 ouvrages (des forages notamment) d’un débit cumulé de 1 400 m3/j. (…) Pour l’instant, il n’y a pas des eaux de surface », relève Wendé Gédéon Yaméogo, chef du centre de regroupement de Pô.

Malgré les 40 bornes fontaines actives, l’ONEA « n’arrive pas à couvrir les besoins de la population ». En perspectives, indique le chef du regroupement, l’office a réalisé en début d’année, 5 forages positifs d’un débit de 60 m3/h.

« La population souffre beaucoup en matière d’eau »

Les conséquences sont perceptibles. Aussi bien sur les habitants de la ville que les villages environnants. Titiembou Oumar est agent de transit à Dakola, une ville frontalière. Il habite le secteur 6 de la ville de Pô. « Actuellement même ça va. Si on tire vers le mois de disette (avril-mai-juin) c’est toute la ville qui souffre », dit-il.

Il ne terminera pas son témoignage. Il sera interrompu par son collègue Assami Koutiebou. Il habite, lui, au secteur 5. « Quelqu’un qui est abonné à l’ONEA, il faut se lever très tôt pour réserver. Vers 7h, c’est déjà coupé. Il faut attendre dans la journée vers 13h pour avoir. Ça ne dépasse pas une heure. Après il faut attendre carrément vers 23h. C’est en ce moment que l’eau va venir. Je sais que nos mamans se lèvent très tôt ».

Le maire de la ville Victor Zangouyo n’est pas étranger aux réalités de ses administrés. A Manga, où il a été décoré de la médaille d’honneur des collectivités territoriales ce 10 décembre 2018, il s’explique. « Il faut se lever pratiquement à 4 h pour pouvoir avoir de l’eau. Juste après, il n’y a plus d’eau. La population souffre beaucoup en matière d’eau. Si je prends le cas du secteur 2, 3, au secteur 7, il y a des bornes fontaines qui sont là mais il n’y a pas d’eau. C’est un véritable problème », commente-t-il.

Approvisionnement en eau potable dans le village de Tambolo: la corvée eau est imputée aux filles.

« Un véritable problème d’entretien » des toilettes au CMA

Pô a un Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA). Le Dr Minoungou Luc, médecin responsable du CMA et ses collègues ne sont pas étrangers au vécu des populations de la ville. Il y a certes une fontaine à l’intérieur du centre. Malheureusement, déplore-t-il, le problème de flotteur subsiste. « Ce qui fait que les capacités de rétentions sont un peu défectueuses ».

Pour ne pas manquer d’eau, le CMA, raccordé au réseau de l’ONEA, a été équipé de fûts.

L’assainissement, c’est aussi et surtout les toilettes. Sur la cinquantaine existante, « celles qui fonctionnent véritablement, si c’est trop, c’est quatre ».

 « Un véritable problème d’entretien » est à l’origine du délaissement et du délabrement des toilettes. Certes, un service d’hygiène et d’assainissement existe. Les effectifs du personnel qui la compose « ne sont pas au nombre suffisant (et) se résument seulement à gérer les déchets bio médicaux, à nettoyer les bureaux et la cour. Ce qui fait qu’on n’a pas de personnel désigné pour l’entretien des toilettes».

« Avoir l’eau ici, c’est difficile. Là où on puise l’eau, c’est loin »

La veille, le cap a été mis sur le village de Tambolo situé à quelques encablures. Là, Wessanou Toutian, 14 ans,  pousse un vélo avec son petit frère agrippé sur les guidons avec un bidon d’eau de 20 litres attaché à l’arrière. Elle devra traverser le bitume qui relie Pô à la frontière ghanéenne.  Elle va « plusieurs fois par jour » à la pompe à motricité humaine pour s’approvisionner en eau.

Banouga Sophie est en classe de 4ème. Elle est obligée, elle, de traverser le village pour aller chercher de l’eau. Et pourtant, juste derrière la cour familiale, un forage a été réalisé dans le cadre du programme de gestion des terroirs (PNGT). La date de réception est encore lisible : « Réalisé avec l’appui du convention n°53 du 25/01/2005 »  

« Avoir l’eau ici, c’est difficile. Là où on puise l’eau, c’est loin », confie l’écolière. Elle qui allait chercher l’eau « au bord des marigots » avant la réalisation de ce forage en panne. « Cela vaut huit ou neuf mois que c’est gâté », évalue Sophie.

Christine Kodé est la gestionnaire des forages de Tambolo. Pour ne pas manquer de sources d’approvisionnement en eau, les hommes cotisent annuellement 1 000 francs et les femmes 500. L’idée est de pouvoir assurer d’eux-mêmes la maintenance. Et ce ne sont pas les pannes qui manquent.

« Ça se gâte tout le temps. Celle-ci, indexe-t-elle, est tombée en panne à plusieurs reprises. Si elle tombe en panne aujourd’hui, on peut appeler et ils vont venir. Mais des fois, il faut attendre des jours ».

La pompe à motricité humaine réalisée à l’arrière-cour  de la famille Banouga à l’autre extrémité du village ne sera probablement pas réparée. Là « l’eau sortait un peu un peu seulement ». Jusqu’au jour où … plus rien !

Oui Koueta

Burkina24

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre