Gilbert Diendéré : « Si vous voulez, gardez-moi 100 ans à la MACA »

77 0

« Si vous voulez, gardez-moi 100 ans à la MACA ». C’est l’affirmation faite ce mercredi 12 décembre 2018 par le général Gilbert Diendéré suite à des échanges avec le Parquet militaire.

« Si vous voulez, gardez-moi 100 ans à la MACA, mais libérez les petits (qui sont dans le box des accusés) », a déclaré le général Diendéré, provocant des acclamations dans la salle.

Cette phrase du général Gilbert Diendéré fait suite aux débats sur la supposée implication de la hiérarchie militaire dans le coup d’Etat. A écouter l’inculpé, sur le banc des accusés, « il y a des gens qui sont là et d’autres ne sont pas là. Ceux qui ne sont pas là sont plus complices », a indiqué le général Gilbert Diendéré en faisant référence à la hiérarchie militaire.

L’accusé a encore clamé à la barre, au bout de 10 jours d’audition, l’implication de la hiérarchie militaire dans le coup d’Etat de septembre 2015. Une implication qu’il juge plus lourde par rapport aux officiers, sous officiers et soldats poursuivis dans le dossier.

Le parquet militaire, en abondant dans le sens contraire, a fait savoir qu’il n’était pas du rôle du général Diendéré de demander l’inculpation de qui que ce soit. « Il n’a qu’à s’occuper de son rôle d’accusé », a lancé le parquet. Mais le prévenu se défend en indiquant qu’il « n’impose absolument rien » et se refuse à une justice à double vitesse.

Pour le général Diendéré, si certains de ses coaccusés sont à la barre pour avoir exécuté ses ordres sous sa qualité de Président du Conseil national de la démocratie (CND), la hiérarchie militaire qui aurait exécuté également ses ordres devrait être inquiétée. « Nous sommes en train de rechercher la vérité », commente le prévenu.

Dans la même veine, Me Antoinette Ouédraogo, avocate de la défense a soutenu la position du général Diendéré. Selon l’auxiliaire de justice, « la hiérarchie militaire et le Président (Michel) Kafando sont complices » de ce qui est reproché au général Gilbert Diendéré. « S’ils ne sont pas complices, ils ont été négligeants », a-t-elle martelé.

Ignace Ismaël NABOLE
Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).
.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre