Liberté provisoire de Laurent Gbagbo : D’où est venue la rumeur ?

658 0

Abidjan – Yopougon, la commune réputée pour son attachement indéfectible à  l’ancien président ivoirien et au premier rang des bastions du Front Populaire Ivoirien, FPI, de Laurent Gbagbo, a festoyé comme jamais ce vendredi 14 décembre 2018 à la faveur d’une folle rumeur qui s’est peu à peu répandue sur plusieurs communes du district d’Abidjan, la capitale économique ivoirienne. Selon ce bruit, la liberté provisoire aurait été accordée à l’ex-Chef de l’Etat ivoirien et son ancien Ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé, tous deux détenus à la Haye depuis plusieurs années. La CPI  a vite fait de démentir cette information.

La rumeur de la relaxation fut-elle provisoire de l’ex-Président ivoirien Laurent Gbagbo et de son lieutenant Charles Blé Goudé est partie des réseaux sociaux et amplifiée par le post de Me Rodrigue Dadje, l’un de ses avocats en Côte d’Ivoire qui a lâché sur Facebook le bout de phrase « Gbagbo Libre ! Merci seigneur ». Même si quelques minutes plus tard, il devrait se racheter  en rectifiant que « l’info de sa libération n’est pas confirmée par la CPI (…). Prière de ne pas véhiculer de fausses informations ». Mais le coup étant déjà parti, tout Yopougon s’est très vite jeté dans les rues pour savourer « cette victoire ».

La myriade de maquis et espaces de joie qui caractérise la belle cité de Yopougon dans le district d’Abidjan ont dépoussiéré leurs discothèques pour remettre sur les platines les cantiques de propagande qui ont fait les beaux jours du régime de Laurent Gbagbo par le passé. Il n’en fallut pas davantage pour faire des boulevards et autres voies de circulation des pistes de danse à ciel ouvert.

Dans l’après-midi de ce vendredi, Simone Gbagbo, l’ex-première dame ivoirienne va annoncer la libération provisoire de son époux au cours d’une interview accordée  à des journalistes locaux. La toile s’en saisira avant que la vidéo ne soit supprimée du compte de l’épouse de Gbagbo Laurent. Plusieurs médias seront par la suite induits en erreur.

Fadi El Abdallah, porte-parole de la CPI,  a finalement situé l’opinion publique à travers une déclaration  relayée par Jeune Afrique en précisant qu’« aucune décision n’a été rendue. Nous ne pouvons donc pas spéculer sur un quelconque verdict. Vous serez informés en temps et en heure dès que la décision sera prise », a-t-il déclaré.

Le jeudi 13 décembre 218, s’est tenue entre les murs de la CPI devant la 1ère chambre de la Cour, l’audience portant sur l’examen de la demande de mise en liberté provisoire formulée par les avocats de Laurent Gbagbo et Charles Blé. Après les auditions du procureur, des avocats des parties civiles et de ceux de la défense, l’audience a été ajournée alors qu’elle était prévue se poursuivre pour le lendemain vendredi 14 décembre 2018.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU            Burkina24

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre