Tribune – “Quand on décide de parler, il faut avoir le courage de dire la vérité”

1490 0

Ceci est une tribune d’un citoyen qui commente le procès du putsch de septembre 2015. Certains passages ont été occultés par respect des règles d’éthique et de déontologie.

Jadis, on nous répétait si bien, que l’on a alors  fini par nous faire croire que mentir était l’apanage des femmes et que celles-ci le faisaient parce qu’elles étaient faibles, sans force, sans défense, et que leurs mensonges les mettaient un tant soit peu à l’abri de la fureur des ‘’mâles’’ presque toujours à bout de nerfs.

Mais voilà que le général Diendéré vient de nous prouver exactement le contraire.

Pendant toute son audition à la barre, pas une seule vérité, rien que des mensonges… allant de sa responsabilité comme commanditaire du putsch jusqu’à l’argent reçu de la Côte d’Ivoire du général Diomandé Vagondo, en passant bien sûr par ses élucubrations (…) sur l’ex Premier Ministre Yacouba Isaac Zida.

N’est-ce pas la définition même de l’irresponsable que de se dire n’être responsable de rien du tout ???

Le général se dit ne pas être commanditaire, se dit ne pas être l’exécuteur, enfin se dit ne pas être le bénéficiaire. Allez-y comprendre!

(…)

Selon   nos informations, Yacouba Isaac Zida n’a jamais été dernier de sa promotion tout au long de son parcours scolaire, académique et professionnel. Nous n’avons rien contre et respectons bien entendu ceux qui, pour certaines circonstances, ont déjà été derniers et nous n’éprouverons jamais du mépris pour quiconque a déjà été dernier, car nous sommes assez raisonné pour comprendre que ces mêmes personnes dans bien d’autres domaines et dans d’autres circonstances peuvent être les meilleurs. Chacun de nous doit être fier de ses performances mais doit toujours donner le meilleur de lui-même pour une pleine manifestation de son potentiel, sans pour autant mépriser autrui. Le mépris est l’arme des faibles et des insensés.

Devant les juges (parmi lesquels un colonel de la promotion de Zida), Diendéré a clairement menti en disant que  Zida était dernier de sa promotion. Ce qui prouve encore que depuis l’arrivée de Diendéré à la barre, il a choisi de mentir de façon honteuse aux juges et au peuple burkinabè. Quand on décide de parler, il faut avoir le courage de dire la vérité.

Les preuves étant disponibles, nous les mettons à la disposition de tout un chacun au nom de la restitution de la vérité. Un soit-dit major de sa promotion, qui n’a causé que des malheurs à son pays (…).  Franchement, nous préférons les non-majors qui ont bâti ce pays par leur sagesse et leur véritable intelligence.

(…)

Samandoulgou K. Laurent, résident à Ouagadougou, secteur 39.



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *