Partenariat de Ouagadougou: Pour une participation accrue des jeunes et des pratiques à hauts impacts

272 0

Ceci est une déclaration-synthèse des travaux de la 7e Réunion annuelle du Partenariat de Ouagadougou tenue du 12 au 14 décembre 2018 à Dakar.

La 7e réunion annuelle du Partenariat de Ouagadougou (RAPO) s’est tenue à Dakar (Sénégal) du 12 au 14 décembre 2018. M. Abdoulaye Diouf Sarr, ministre sénégalais de la Santé et de l’Action sociale a présidé la cérémonie officielle d’ouverture de cette importante réunion qui a regroupé quelque 400 participants dont les représentants des 9 pays membres du Partenariat de Ouagadougou et des partenaires techniques et financiers. Des hommages appuyés et émouvants ont été rendus à Mme Fatimata Sy, directrice de l’Unité de Coordination du PO qui part à la retraite après six années à la tête de l’UCPO.

A l’issue de leurs travaux, les participants ont, entre autres, dans une présentation de synthèse (1), demandé le renforcement de la participation des jeunes qui veulent être des partenaires et pas seulement des bénéficiaires. Ils ont également recommandé l’identification et la mise à l’échelle des pratiques à hauts impacts comme la planification post-partum et le DMPA-SC ainsi que la réflexion et la coordination des programmes de santé sexuelle et reproductive au-delà du domaine de la santé mais en impliquant également les secteurs de l’éducation, les finances, les femmes et le plan entre autres.

Pour ce qui concerne les jeunes, la 7e Réunion Annuelle du PO a encore souligné que les jeunes ne sont pas un groupe homogène. Ils sont différents avec des besoins différents. Les leaders religieux ont déclaré être conscients des problèmes des jeunes et des conséquences des mariages précoces. Ils ont affirmé qu’ils sont bien placés pour guider la recherche de solutions concertées au sein de leur communauté.

A propos des pratiques à hauts impacts, les participants à la Réunion de Dakar reconnaissent, entre autres, que l’existence de données pertinentes et de qualité est indispensable pour aider à prioriser et cibler les interventions ainsi qu’à identifier et mettre à l’échelle les pratiques à hauts impacts. Ils ont aussi affirmé que la mise à l’échelle des pratiques à hauts impacts requiert une stratégie à long terme, des investissements soutenus et un leadership au plus haut niveau. Ils saluent également le passage à l’échelle des approches à hauts impacts comme la planification familiale post-partum (PFPP), le DMPA-SC, etc.

Enfin, en vue de préparer l’après 2020, toutes les parties prenantes du PO notamment bailleurs de fonds, société civile, jeunes, religieux, représentants des gouvernements, ont réfléchi et discuté de leur vision d’un partenariat en termes d’architecture et de fonction après 2020 ainsi que de potentielles pistes de réflexion pour la réunion ministérielle de 2019. Les pays membres du PO sont  invités à encourager une participation plus active des jeunes, à mettre en œuvre les engagements pris et à améliorer la mobilisation des ressources locales.

La 7e réunion annuelle du PO à Dakar a poursuivi la réflexion entamée l’année dernière avec pour thème « Les voies du succès du PO pour 2020 ». De manière spécifique, cette rencontre s’est penchée sur trois sujets prépondérants pour une réussite collective : la jeunesse, les Pratiques à Hauts Impacts (PHI) et les stratégies et politiques multisectorielles.

De plus, la réunion s’est déclinée en trois sous-thèmes suivants : (1) Briser les barrières pour assurer l’inclusion des jeunes ; (2) Surmonter les obstacles à la mise à l’échelle des pratiques à haut impact ; et (3) Promouvoir la planification familiale au-delà du domaine de la santé.

Après la phase d’urgence (2011-2015) du Partenariat de Ouagadougou couronnée de succès, celle dite d’accélération (2016-2020) est en train de lui emboiter le pas. En effet, entre 2016 et 2018, 1.330.000 de femmes additionnelles sont enrôlées dans les programmes de planification familiale dans les 9 pays francophones d’Afrique de l’Ouest. Soit un taux de réalisation de 63 % par rapport à l’objectif de 2,2 millions de nouvelles utilisatrices à recruter d’ici à 2020.

Toutefois, une lecture plus fine de ces chiffres laisse apparaitre des disparités entre les pays et en leur sein. Les résultats de la troisième année de mise en œuvre de la phase d’accélération (2018) montrent ainsi que trois pays (Côte d’Ivoire, Burkina Faso et Sénégal) ont dépassé leur objectif. Ils sont suivis de la Mauritanie. Les cinq autres pays (Bénin, Guinée, Mali, Niger, Togo) travaillent à atteindre le leur.

Dans l’ensemble, les 9 pays du Partenariat de Ouagadougou font beaucoup de progrès, révèle Mme Fatimata Sy, directrice de l’Unité de Coordination du PO en soulignant que ces pays sont présentement à la deuxième place des blocs de pays qui font le plus de progrès dans le monde en matière de planification familiale, après l’Afrique Australe. « On est en train de rattraper le retard et de rétablir notre réputation au niveau global », a déclaré Mme Sy. Mieux, « le Partenariat de Ouagadougou est cité au plan international », confie-t-elle. C’est ainsi que « des pays ou des blocs de pays veulent s’inspirer de notre expérience », a-t-elle ajouté, citant le Nigeria et le Haïti, tous deux représentés par des délégations à cette réunion ainsi que la RD Congo qui a eu à participer les deux années précédentes.

(1). Plus de détails sur la présentation de synthèse des travaux de la Réunion Annuelle du PO à Dakar : https://ra2018.partenariatouaga.org/documents/presentation/

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre