La CPI décide la suspension de la libération de Laurent Gbagbo

1901 0

24 heures après l’acquittement ordonné par les juges de la Cour Pénale Internationale, CPI, à La Haye en Hollande, en faveur de l’ex-Président ivoirien Laurent Gbagbo et son ancien ministre de la jeunesse Charles Blé Goudé, accusés de crimes contre l’humanité, cette instance judiciaire internationale a demandé que les deux hommes  « restent sous la garde de la CPI » jusqu’à ce que l’appel du parquet contre leur libération soit entendu. Cette décision intervient après un nouvel appel interjeté par le bureau du procureur.

Au moment où les avocats et la famille politique de l’ancien Président ivoirien, Laurent Gbagbo savouraient la victoire de l’acquittement immédiat de leur client et leader, accusés avec son bras droit, Charles Blé Goudé de crimes contre l’humanité à la faveur de la crise post-électorale de décembre 2010 à Avril 201, la CPI à travers un porte-parole, a indiqué dans la soirée du mercredi 16 janvier 2019, qu’ « en attendant la décision de la chambre d’appel sur l’appel du procureur (…) MM. Gbagbo et Blé Goudé resteront sous la garde de la CPI », a-t-il précisé.

La Chambre de première instance avait quant à elle « constaté qu’il n’y avait pas de circonstances exceptionnelles allant à l’encontre de la mise en liberté de M. Laurent Gbagbo et M. Charles Blé Goudé (ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes) suite à leur acquittement » prononcé le mardi 16 Janvier 2019.

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, en détention depuis plus de 7 années dans des geôles en Hollande étaient accusés de quatre chefs de crimes contre l’humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels ils ont toujours plaidé non coupable et aujourd’hui blanchis par la Chambre de première instance de la CPI.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                 

 Burkina24                                                                                                                                                                       

Source: Jeune Afrique



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *