Education : Le message du SYNATEB

125 0

Ceci est le message du Syndicat National des Travailleurs de l’Éducation de Base (SYNATEB) à l’occasion du nouvel an.

Camarades militantes et militants, sympathisantes et sympathisants

Camarades travailleuses et travailleurs de l’Éducation de Base

L’année 2018  s’en est allée. Elle cède ainsi sa place à 2019. A cette occasion, le Bureau National(BN) du Syndicat National des Travailleurs de l’Éducation de Base (SYNATEB) vous présente ses vœux de bonne et heureuse année. Il souhaite que 2019 soit pour chacun de nous une année de santé, de paix, de prospérité et surtout de détermination. Mieux, puisse-t-elle nous permettre de nous armer de plus de force et de courage nécessaires pour mener les luttes en faveur de l’amélioration des conditions d’existence du peuple burkinabè en général et des travailleurs de l’éducation en particulier.

Le BN saisit l’opportunité pour vous adresser toutes ses vives félicitations pour votre forte mobilisation lors des différentes  luttes. Il vous félicite également pour votre contribution financière pour contrer le rejet du check-off. A travers ce sacrifice qui nous permettra de faire face à nos responsabilités, vous témoignez de votre maturité syndicale et de votre engagement à soutenir sans condition votre organisation.  

Camarades

L’année 2018 a été particulièrement éprouvante pour notre peuple avec les multiples attaques qui ont endeuillé de nombreuses familles. Ces attaques se poursuivent et s’intensifient en ce début d’année. Le Bureau National présente ses condoléances aux familles éplorées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

Le monde éducatif, à l’instar des autres couches sociales, a été durement touché par cette question sécuritaire. En effet, les incendies d’écoles, les menaces de mort à l’encontre d’enseignants et autres intimidations ont conduit à la fermeture de plus de huit cents (800) écoles avec de milliers d’élèves « dans la rue ». Aussi, nous enregistrons la remise en cause des acquis telle la réduction du temps de formation initiale des élèves-maîtres.

 Au plan social, l’année écoulée a connu la longue lutte de la Coordination Nationale des Syndicats de l’Education (CNSE) qui a abouti à la signature du protocole d’accord le 27 janvier 2018. Elle a également été marquée par une ébullition du front social avec des luttes dans plusieurs secteurs d’activités. Face à ces revendications légitimes, le gouvernement MPP et alliés ont choisi le dilatoire, la diversion, la division, les menaces, les intimidations, les coupures abusives de salaires, les sanctions administratives, etc. Le dernier forfait en date est la révocation de certains agents des gardes de sécurité pénitentiaires. Au cours de l’année 2018, le pouvoir du président KABORE a travaillé à restreindre les libertés individuelles, démocratiques et syndicales avec l’interdiction du sit-in, les velléités d’adoption de la loi « antigrève », l’arrestation et l’emprisonnement  d’activistes et d’acteurs de la société civile, la criminalisation de l’insurrection populaire, etc.

Au chapitre de l’économie, l’eldorado promis par « Roch la solution » n’est toujours pas au rendez-vous. La récente augmentation des prix des hydrocarbures a aggravé la situation économique déjà difficile des Burkinabè.

En guise de réponse aux préoccupations  du peuple, le président  propose une trêve sociale sans conditions. Visiblement,  Roch Marc Christian KABORE et son gouvernement ont décidé d’écouter le Fonds Monétaire International (FMI) plutôt que leur peuple.

Au niveau sectoriel, le protocole d’accord, arraché de haute lutte par la Coordination Nationale des Syndicats de l’Education (CNSE) en janvier 2018 tarde à être mis en œuvre. L’on assiste à des tentatives de remise en cause de certains points, obligeant la CNSE à engager des actions de lutte qui se poursuivent. Les questions de la conférence des enseignants et des frais d’encadrement des élèves- maîtres ont été gérées avec la même légèreté par le MENA comme de par le passé. Il en est de même de la question des coupures abusives de salaire des camarades du Houet qui attend toujours sa résolution.

Camarades

L’année 2019 hérite des mêmes grands défis auxquels nous étions confrontés en 2018. Ils se posent d’ailleurs avec beaucoup plus d’acuité.  En effet, la loi de finances gestion 2019 prévoit de nouvelles taxes et le relèvement du taux de certains impôts. Le récent rapport du FMI sur la masse salariale des fonctionnaires laisse entrevoir des mesures d’austérité.

Il est nécessaire que chacun se convainque qu’aucune conférence, même celle sur la remise à plat, ne nous fera cadeau d’aucune augmentation de salaire mais que seule la lutte organisée paie. Du reste, c’est par la mobilisation constante autour de notre plateforme revendicative et celles des autres organisations dont le SYNATEB est membre (CCVC, CNSE, CSFP, UAS, Collectif syndical CGTB, etc.) que nous ferons de 2019 une année meilleure en termes d’acquis démocratiques et syndicaux.

Au regard de ces enjeux, le Bureau National vous exhorte à garder la même détermination dont vous avez fait preuve en 2018 jusqu’à la satisfaction de nos revendications. Il convient ici de vous rappeler que l’orientation révolutionnaire de notre organisation nous impose la préparation sérieuse de nos luttes. Pour ce faire, il faut que nous travaillions toujours à faire comprendre nos luttes aux populations avec lesquelles nous vivons afin de déjouer les discrédits orchestrés par le pouvoir en place contre les organisations.

Au niveau  du MENA,  la CNSE a engagé une lutte pour la mise en œuvre rapide et effective du protocole d’accord. Nous devons donc faire preuve de discipline en respectant à la lettre les directives de la CNSE. Ni les menaces, ni les manœuvres, ni les attaques de tous genres ne doivent vous détourner de notre objectif qui est l’application sans faille du protocole d’accord.

Camarades, pour  cette nouvelle année 2019, nos préoccupations sont pour la plupart la mise en œuvre du protocole d’accord qui contient plusieurs points de notre plateforme revendicative mais aussi des points particuliers tels l’élaboration des fiches de préparation et des cahiers de textes par le MENA, la mise en œuvre diligente du check off et des élections professionnelles, la tenue à temps des sessions de formation et des conférences pédagogiques, le remboursement des taxes de résidences illégalement perçues, etc.

Pour ce qui est de la dernière préoccupation, le BN vous invite au remplissage et à la transmission des fiches élaborées par la Coordination des Syndicats de la Fonction Publique (CSFP) à cet effet au plus tard le 25 janvier 2019 pour suite à donner.

Camarades militantes et militants

Camarades travailleuses et travailleurs de l’Éducation de Base

 Cette année sera une année d’approfondissement  des luttes pour de meilleures conditions de vie et de travail et pour l’élargissement des espaces de libertés.

Le BN vous invite donc à vous  mobiliser dans la discipline autour du SYNATEB et à vous tenir prêts pour les mots d’ordre de luttes à venir. De même, la préservation des acquis de l’insurrection doit être notre combat quotidien afin de conserver les espaces de libertés syndicale et démocratique.

Bonne et Heureuse année 2019 à toutes et à tous!

Pour le Pain et la Liberté, la lutte continue!

Pour le Bureau National

Le Secrétaire Général

François de salle YAMEOGO

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur
.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre