Crise migratoire : L’Italie accuse la France d’appauvrir l’Afrique

155 4

Le vice-président du Conseil italien, Luigi Di Maio, a de nouveau porté un uppercut à la France l’accusant d’être le principal acteur de la pauvreté en Afrique. C’était le dimanche 20 janvier 2019 alors qu’il se prononçait sur l’invasion de migrants sur les côtes italiennes. Ces propos on provoqué un incident diplomatique entre ces deux pays.

La crise migratoire en Europe vient de prendre une nouvelle tournure avec la sortie de Luigi Di Maio, le vice-président du Conseil italien, réclamant des sanctions de l’Union Européenne contre  la France qu’elle accuse d’appauvrir l’Afrique au point  de contraindre les jeunes Africains à l’exode.

Au lendemain de cette déclaration, le lundi 21 janvier 2019, Teresa Castaldo, l’ambassadrice d’Italie en France a été convoquée au Quai d’Orsay dans les locaux du ministère français des Affaires étrangères. Selon Paris, ces propos sont à la fois “inacceptables et sans objet tenus”, comme le mentionne une note du Quay d’Orsay.

Luigi Di Maio, vice-président du Conseil italien et chef politique du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) qui gouverne avec la Ligue (extrême droite) a dénoncé le dimanche 20 Janvier 2019, sans embellir les mots, le pillage des ressources de l’Afrique par la France, ce qui justifie selon lui l’aggravation de la crise migratoire en Europe.

Remettant la couche en dépit de la convocation de l’ambassadrice italienne, Luigi Di Maio a insisté en ces termes : “Je ne crois pas qu’il y ait un incident diplomatique… Je pense que tout cela est vrai. La France est un de ces pays qui, parce qu’il imprime la monnaie de 14 pays africains, empêche le développement et contribue au départ des réfugiés. Si l’Europe veut en ce moment avoir un peu de courage, elle doit avoir la force d’affronter le thème de la décolonisation de l’Afrique”, a-t-il tranché.

Avant Luigi Di Maio, la ministre italienne de la Défense, Elisabetta Trenta en septembre 2018 dernier, imputait la responsabilité du conflit libyen à la France qui aurait privilégié ses intérêts à ceux du peuple libyen.

Le moindre qu’on puisse dire est que les autorités italiennes sont définitivement remontées contre les gouvernants français au point d’apporter leur soutien aux “gilets jaunes”, véritable casse-tête chinois pour le Président Emmanuel Macron en France.

Kouamé Louis-Philippe Arnaud KOUAKOU                                                                                              

Burkina24                                                                                                                                                                   

Source : Africanews

 

.

Il y a 4 commentaires

  1. Si les africains souffrent aujourd’hui c’est à causse de nos dirigeants tube digestif, des sorciers qui sacrifient l’avenir des fils et petits fils du berceau de l’humanité. Quand je pense à Thomas sankara, Patrick Lumumba, Kwame kruma, et d’autres qui ont versés leur sang pour un meilleur Afrique. Et que nos dirigeants moutons du 21 siècle pouce l’Afrique vers le grand trou juste pour leur propre intérêts Ça fait mal au cœur.

  2. Il suffit d’un brin de courage de nos dirigeants pour mettre fin aux cauchemars de la jeunesse africaine. Malheureusement ils préfèrent vendre L’Afrique aux occidentaux pour leurs intérêts personnel

  3. Il faut un sursaut des africains pour définitivement mettre fin à ce crime. Cette question peut se resoudre en une journée . Malheur à ceux qui baillonnent leur peuple

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre