CSC : Des ambitions pour l’année 2019

736 0

Pour cette année 2019, le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) invite la presse à jouer son rôle qui est celui d’information, d’éveil de conscience et d’apaisement des esprits dans le but principal de la sauvegarde de la nation. L’institution annonce également des mesures pour un bon envol des médias dans le pays.

Le Conseil supérieur de la communication a sacrifié à la tradition en organisant une cérémonie de présentation de vœux, le vendredi 25 janvier 2019 à Ouagadougou au siège de l’institution 

Les ministres des affaires étrangères  Alpha Barry, de la communication   Rémis Dandjinou, de la culture Abdoul Karim Sango, Béatrice Damiba et  Luc Adolphe Tiao, anciens présidents du CSC, des membres des Publicitaires associés ainsi que d’autres personnalités ont  marqué cette cérémonie de présentation.

Dès l’entame de son propos, le président de l’institution, Mathias Tankoano, a rappelé que «nous avons tous intérêt dans un esprit d’unité, de compréhension à sauvegarder l’unité nationale ».

Dans la lutte contre le terrorisme, les médias ont un grand rôle à jouer. Ils doivent être considérés comme des partenaires privilégiés des autorités en charge de la lutte anti-terroriste. En bref, les médias doivent « participer à l’élan de pacification de notre pays pour aider les Forces de Défense et de Sécurité à faire front devant l’ennemi extérieur qui nous attaque. En retour les FDS se doivent de développer un esprit de collaboration et de confiance avec la presse avec des canaux appropriés afin que les journalistes aient en permanence des interlocuteurs en leur sein », a expliqué le président du CSC.

Comment faire pour que les entreprises de presse ne tombent pas sous le poids des impôts

Mathias Tankoano a laissé entendre que le 31 janvier 2019, il y aura une rencontre avec la direction générale des impôts pour envisager les pistes d’un allègement des charges fiscales et parafiscales qui pèsent sur les entreprises. « Les entreprises de presse sont des contribuables comme tous les autres mais ça ne peut pas être la même fiscalité. C’est pourquoi nous avons souhaité avoir cette rencontre avec la Direction Générale des Impôts afin que nous puissions voir dans quelles mesures il peut y avoir des allègements (….) », a développé le président  du CSC.

Le CSC en appelle à la responsabilité des médias

Ce n’est pas tout. Le CSC ambitionne  «la mise en place d’un comité de réflexion sur la création d’une centrale d’achats pour la presse écrite ; le recensement des médias et des agences de communication ; l’appui au comité «  cartes de presse » pour la relance de leurs activités en urgence, la réflexion sur la rationalisation des appuis de l’Etat à la presse privée (…)».

Le Pr Cyriaque Paré, fondateur du média ne ligne leFaso.net, a au nom des associations professionnelles des medias, souhaité que Mathias Tankoano, convoque une réflexion collective autour de la relecture de la loi organique portant organisation, fonctionnement du CSC en vue de renforcer la crédibilité et la légitimité de l’institution et a insisté sur la nécessité de la dépolitiser. Il a également exprimé l’implication du président dans l’opérationationalisation de la loi portant droit d’accès à l’information.

Irmine KINDA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre