Procès putsch: « Lui, il s’en est tiré et il veut me plonger »

664 0

La déposition des témoins cités par le Parquet s’est poursuivie ce mardi 29 janvier 2019 au Tribunal militaire de Ouagadougou. Contrairement aux deux premiers témoins ayant comparu vraisemblablement à décharge hier, le troisième, un militant du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) répondant au nom de Noël Sourwéma, a fait plutôt un témoignage tendant à accabler l’accusé Salifou Sawadogo.

L’audience de ce 29 janvier 2019 a débuté avec toujours le Conseiller des affaires étrangères, Alidou Sawadogo, à la barre en qualité de témoin. L’avocat de Adama Ouédraogo dit Damiss, Maître Stéphane Ouédraogo, dit ne rien noter comme rapport particulier entre le million reçu par son client et les événements des 16 septembre 2015 et jours suivants.

« C’est la faiblesse des charges qui pèsent contre certaines personnes et l’insuffisance de preuve concrète », fait-il observer. À sa suite, le Parquet militaire a tenu à expliquer que le Ministère public n’a aucunement à son compte un témoin. « Nous ne faisons que citer des témoins qui pourraient contribuer à la manifestation de la vérité », précise le Procureur.

Après le témoignage d’Alidou Sawadogo, c’est l’ancien Secrétaire général de la section provinciale du Kadiogo du CDP, Noël Sourwéma, qui est cité à comparaître. Ce fonctionnaire retraité du ministère de la communication a été alpagué le 28 septembre 2015, gardé à vue pendant trois jours avant d’être déposé à la MACA, puis libéré provisoirement et enfin acquitté par la justice militaire.

Quand deux militants du CDP s’accusent…

Cet ancien député CDP avoue qu’il était également frappé par la « mesure d’exclusion » pendant la Transition. « Qui et qui étaient à la réunion du 16 septembre 2015 ? », lui demande le Parquet. « Des membres de la structure provinciale au nombre de six ou sept, ainsi que plusieurs membres des sous-sections du parti. L’ordre du jour a porté essentiellement sur la correction de la liste du parti. Le camarade Salifou Sawadogo a ensuite évoqué la situation nationale », répond M. Sourwéma.

À part cette rencontre et celle du 17 septembre, il dit n’avoir participé ni à la réunion du 19 septembre ni à aucune autre. L’accusé Salifou Sawadogo, selon les déclarations du témoin, avait des informations inaccessibles à plusieurs personnes.

Le Procureur revient sur l’objectif de la rencontre des militants du CDP au rond-point des martyrs le 17 septembre. « Je ne sais pas si c’était pour soutenir le RSP. Aucune idée. Mais, seul l’initiateur de cette rencontre, Salifou Sawadogo, pourrait répondre », indique le témoin.

« Lui, il s’en est tiré et il veut me plonger »

Le mis en cause, Salifou Sawadogo, est ensuite appelé à la barre. Le témoin cité par le parquet, dit-il, a fait un « black-out » sur la réunion du 16 septembre lors de son audition à la Gendarmerie et même devant le Juge d’instruction. « Il n’en a parlé que lors des confrontations. C’est une volonté manifeste de porter la responsabilité sur moi. Ce n’est pas du tout vrai ce qu’il raconte aujourd’hui à la barre. Lui, il s’en est tiré et il veut me plonger », déplore Salifou Sawadogo, avant de rejoindre le box des accusés.

Le quatrième témoin, Gomdaogo Nikiéma dit Hamidou, est invité au perchoir. Il est commerçant. L’homme est dans l’incapacité de formuler une phrase en français. Un interprète Mooré-français est sollicité. M. Gomdaogo avoue avoir conseillé notamment Abdoul Karim Baguian dit Lota de ne pas brûler de domiciles. « Est-ce qu’il est finalement allé ? Je ne saurais le dire. En tout cas, je lui ai dit que brûler n’est pas bon afin qu’il renonce au saccage et aux incendies des domiciles des gens », témoigne le commerçant de 61 ans.

Des avocats des Parties civiles, en l’occurrence Maître Pierre Yanogo et Maître Awa Sawadogo, trouvent des incohérences dans les dires de ce témoin, même si les déclarations de ce dernier à la barre semblent les bienvenues du côté de la défense. La déposition de Gomdaogo Nikiéma dit Hamidou se poursuit demain 30 janvier 2019 à partir de 9h.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre