Burkina : La fièvre charbonneuse présente dans le Passoré (ministère)

659 0

Ce 1er février 2019, le Ministère des Ressources Animales et Halieutiques a informé sur sa page Facebook que dans le cadre de la lutte contre la Gourme, des prélèvements effectués par le Laboratoire National d’Elevage dans la commune de Bagaré (Bisma et Zougo) au Passoré dans la région du Nord, ont donné des résultats positifs à la fièvre charbonneuse.

Dans la commune de Bagaré au Passoré, la fièvre charbonneuse s’est révélée positive. Un communiqué du Ministère des Ressources Animales et Halieutiques le confirme.  Les services techniques informent que l’annonce des résultats a déjà été faite dans lesdites localités et qu’une vaste opération de contrôle et de prévention du cheptel a débuté.

En sus de cela, les animaux sensibles autour de la zone seront vaccinés gratuitement contre le charbon.

La fièvre charbonneuse (anthrax en anglais) est une infection bactérienne apparaissant très rapidement, causée par les spores de la bactérie Bacillus anthracis. Les signes typiques de la maladie sont une intoxication du sang et des écoulements de sang plus ou moins coagulé. L’issue est généralement fatale. La maladie peut affecter aussi l’être humain.

Source : OSAV

Les espèces les plus touchées sont les bovins, les moutons, et plus rarement les chevaux et les chèvres. Les carnivores et les porcs sont moins sensibles. Les oiseaux sont presque résistants. La maladie est dangereuse également pour l’homme; il s’agit donc d’une zoonose.

Les conduites à tenir dans les zones où la maladie est déclarée sont multiples. L’isolement des malades  est important. A cela s’ajoutent d’autre mesures telles que « éviter le contact des autres animaux avec les cadavres ou le matériel ayant été en contact avec les malades, éviter de manipuler des cadavres (dépeçage, dépouillement…), ne pas consommer la viande et les autres produits des animaux malades ou morts, conduire les personnes ayant manipulé ou consommé les cadavres dans une formation sanitaire ».

Pour prévenir toute contagion, il faut  éviter les zones où la bactérie est présente dans le sol, éviter d’introduire de nouveaux animaux sans la mise en quarantaine (2-3 semaines), appliquer les mesures d’hygiène dans les locaux, désinfecter régulièrement le matériel, les équipements, etc. 

Irmine KINDA

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre