Séraphin Dargani : « Si on pouvait signer forfait, j’allais le faire »

147 0

Entre Sérafin Dargani et les petites catégories, c’est désormais fini si l’on  croit aux propos du technicien ce samedi 9 février 2019. Après la débâcle de l’équipe burkinabè qui a terminé la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) U20 Niger 2019, il a fait savoir que son contrat expirait à la fin du mois et qu’il ne s’intéressait plus à une sélection des petites catégories. C’était lors de la conférence de presse d’après match Burkina vs Sénégal (1-5)

Un match difficile : « Tous les matchs étaient à gagner. Vous savez, dans de pareilles circonstances, c’est difficile. On a perdu notre match, pas parce qu’on voulait le perdre. Le deuxième match, vous avez vu qu’on a joué de façon héroïque. Mais on a perdu encore sur un cheveu. Le troisième match, c’est sûr que c’était le plus difficile à jouer. Ça, je le savais. Si on pouvait signer un forfait et rentrer, j’allais le faire parce que je savais que ça partirait dans tous les sens. Vous avez des garçons qui prennent deux défaites. Ils savent qu’ils ne peuvent plus se qualifier, ils n’ont plus rien. Face à une équipe qui a tout gagné, non seulement sur le terrain, qui a marqué des buts, qui sont à l’aise… Quand ces deux équipes s’affrontent, il n’y a même pas match. C’est certain qu’il y a une équipe qui allait marcher sur l’autre parce que moralement elle est nettement au-dessus contre une équipe du Burkina Faso qui a douté après ses premières défaites ».

La fin avec les petites catégories : « Quant à moi, ne vous en faîtes pas du tout. Mon contrat prend fin à la fin de ce mois. Je n’ai même pas besoin d’écrire. C’est déjà fait depuis longtemps que je m’en vais parce que le contrat finit. Je vous promets de ne plus me mêler de vos histoires de petites catégories. La fédération va annoncer des appels à candidatures, j’espère que ceux qui arrivent vont mieux faire que nous autres. Donc, je retire ma révérence au niveau des petites catégories. Je me mets à d’autres tâches puis on verra. Dans le domaine du football, il y a toujours de la place pour un entraîneur qui est laissé. Comme quelqu’un dit, « quelqu’un laisse  quelqu’un prend». Peut-être que quelqu’un va me prendre à quelque part. Donc, c’est ça le football. On n’a pas le choix. C’est comme ça ».

Propos recueillis par Boukari OUÉDRAOGO 

Burkina24

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre

Mali : Douze soldats tués

Posté par - 21 avril 2019 0
Les autorités militaires maliennes ont annoncé ce dimanche 21 avril qu’au moins 12 de leurs soldats ont été tués dans…