FESPACO : Ses 50 ans magnifiés à l’ouverture

382 0

Enfin le Jour J ! Voici ce qu’il faut retenir de l’ouverture l’évènement tant attendu pour la célébration couplée du cinquantenaire et la 26e édition dans la cuvette du stade municipal de Ouagadougou, ce samedi 23 février 2019.

«Nous sommes une équipe de fous et nous allons vous proposer une organisation de malade». Au Jour J, Yacouba Traoré, président du comité d’organisation, n’a pas oublié les mots prononcés à son premier jour. «Nous sommes une équipe de fous et nous avons mis les petits plats dans les grands et comme nous sommes fous nous avons essayé de mettre les grands plats dans les petits, heureusement que nous n’avons pas pu », dit-il.

On peut le dire, le comité a pensé grand et offert une cérémonie haut en couleurs, en son et lumière à un public qui ne s’est pas fait prier aussi pour effectuer le déplacement.

Les hommages ont été rendus aux pionniers, comme l’a si bien introduit Yacouba Traoré, «si l’occasion vous donne à boire de l’eau d’un puits, il faut remercier ceux-là qui l’ont creusé ».

La cérémonie a été un véritable cours d’histoire, même si les archives ont un peu fait défaut. 

Pour se remémorer les 25 éditions passées, l’on a projeté une vidéo de la chronologie des différents lauréats des « Etalon d’or » et un hommage spécial aux Burkinabè Idrissa Ouédraogo et Missa Hébié décédés l’année précédant la tenue du FESPACO.

Cérémonie fortement animée en musique, le point d’honneur a été la reprise des chansons de films qui ont marqué le cinéma africain. «Pecoussa» de François Lougah dans le film de Henri Dupac, la musique du film « Bako », composée par Lamine Konté, le titre d’hommage au Fespaco, « Fespaco Ayé » de l’artiste Sami Rama, magnifiquement interprété par Imilo Lechanceux et Pamika, du film “Bal poussière” de Henry Duparc dont la vedette Bakary Bamba a été transformé en maîtrise de cérémonie pour rendre hommages aux anciens.

Mais auparavant, plusieurs vedettes nationales de la musique ont apporté leur touche, notamment Dez Altino, Roger Wango, Eunice Goula, le collectif Sana Bob et Don Sharp, Jah Veruty, Nourat, Abibou Sawadogo et bien d’autres.

 Plusieurs personnalités de pays africains étaient présents aux côtés du président du Faso Roch Marc Christian Kaboré et son épouse, le ministre de la culture du Rwanda, pays invité d’honneur, le ministre de la culture de la Côte d’Ivoire, de l’Algérie, du Mali, le président de la commission de l’Union Africaine. Pour tout ce « beau » monde, le ministre de la culture, Abdoul Karim Sango dira “votre présence parmi nous témoigne d’une capacité commune à résister aux forces du mal par l’aventure du son et de l’image », parlant du contexte sécuritaire du pays qui aurait pu dissuader de venir au festival.

Revelyn SOME

Burkina24

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *