FESPACO 2019 : L’Union européenne offre sept milliards de FCFA

328 0

En marge du cinquantenaire de la biennale de la fête du cinéma africain, des responsables du ministère de la culture, des arts et du tourisme, en partenariat avec l’Union européenne, ont animé ce lundi 25 février 2019 une conférence de presse à Ouagadougou. Lors de cette rencontre, il a été question du soutien de l’Union européenne aux industries créatives, de la gouvernance de la culture et aussi du lancement du projet de rénovation de la salle de « GUIMBI OUATTARA ».

Le programme d’appui aux industries créatives et à la gouvernance de la culture a été identifié dans le cadre de « l’appui à la mise en œuvre de la stratégie nationale de la culture et du tourisme » à l’occasion du FESPACO. Ce programme a un horizon de cinq ans et vise à créer une dynamique de développement culturel et touristique, à renforcer les capacités entrepreneuriales et la créativité des acteurs culturels.

C’est un témoignage d’intérêt que l’Union européenne et l’Agence française de développement portent pour le développement de la culture et du tourisme burkinabè car « la culture est l’alpha et l’oméga du développement », a dit le ministre de la culture,  des arts et du tourisme, Abdoul Karim Sango.

La culture est un élément d’accessoire, une véritable richesse des Etats, selon lui. Le ministre a également déclaré que « la culture est un élément qui permet la cohésion sociale sans laquelle il n’y a pas de développement possible. Elle est créatrice d’emplois, contrairement à ce qu’on pense ».

Abdoul Karim Sango a estimé que ces sept milliards de FCFA offerts par l’Union européenne devraient permettre « la création d’une véritable industrie culturelle » et de bénéficier d’autres appuis venant soit d’une « initiative nationale ou d’initiative de partenaire extérieur ».

La salle « GUIMBI OUATTARA » bientôt rénovée

L’Union européenne, considérée comme premier partenaire traditionnel du FESPACO, a apporté cet appui financier pour la professionnalisation du secteur de la culture et du marché international du cinéma africain (MICA). Ce geste vise à assurer la promotion du cinéma africain et des œuvres africaines primées par le jury de la biennale du cinéma africain.

Stéfano Manservisi, Directeur général du développement et de la coopération internationale de la Commission européenne, a affirmé avoir participé au lancement de deux programmes dédiés à la culture au Burkina Faso,  notamment le programme d’appui aux industries créatives et à la gouvernance de la culture et l’initiative de financement innovative pour la culture.

Quelques leçons sont à noter concernant ce partenariat. L’Union européenne comme acteur global intervient au Burkina dans la gestion de la bonne gouvernance et du développement, dans les infrastructures, dans la santé, eau et assainissement, dans le développement rural et sécurité alimentaire, dans l’énergie, la protection de l’environnement et du climat, et enfin dans l’aide aux populations vulnérables.

Il faut rappeler que l’Association de soutien du cinéma au Burkina Faso, basée à Bobo-Dioulasso, a également obtenu le financement de son projet de sauvegarde et de rénovation de la salle « GUIMBI OUATTARA ». Cette salle de cinéma qui a été ouverte en 1957 pourrait avoir une seconde chance d’être inaugurée en novembre 2019.

Aïna TOURE (stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *