FESPACO2019: Le Rwanda en lice pour l’Etalon d’or avec “The Mercy of the jungle”

752 0

Après la cérémonie d’ouverture, place aux projections qui dispersent les festivaliers dans les salles obscures dans les coins de la ville. « The Mercy of the jungle », un film de Joel Karekezi du Rwanda, pays invité d’honneur, donne le ton ce dimanche 24 février 2019 au Ciné Burkina en présence du chef de l’Etat burkinabè et des membres du gouvernement.

«The Mercy of the jungle » ou « La miséricorde de la jungle » est un film de guerre. Dans la jungle de Kivu, il retrace les déboires de deux jeunes soldats séparés de leurs pairs au cours de la deuxième guerre au Congo.

Dans « The Mercy of the jungle », la jungle jadis considérée comme un endroit dangereux,  parait plus clémente par rapport aux combats qui font rage tout autour d’eux. Le danger n’est plus dans la jungle mais dans la ville. Les deux soldats à peine les pieds dans une clairière qu’ils trouvent refuge dans la forêt.

Cependant, la jungle reste sans pitié aussi, les maladies, les piqures d’insectes, la faim, la soif, le risque de se faire dévorer par des animaux féroces.

Au-delà de la guerre, c’est la nature, la forêt de cette partie de l’Afrique qui est magnifiée malgré les conflits qui durent.

Les deux soldats, le sergent Xavier, chef de troupe de guerre dans le film, vétéran joué par l’acteur belge Marc Zinga, et le jeune inexpérienté Faustin (Stéphane Bak), n’ont d’autre choix que de s’entraider pour sortir de cet enfer.

Le Congo est au prise avec les guerres qui perdurent et fait plusieurs morts, mais le réalisateur Joél Karékézi dit ne pas vouloir aborder le sujet sur le plan politique mais de l’absurdité à laquelle les hommes s’adonnent.

Pour cette première projection qui a refusé du monde et connu la présence des autorités burkinabè, Joél Karékézi a dit se sentir honoré au Fespaco.

Jeune réalisateur, il est à son 1er long métrage. Le film a déjà participé à plusieurs festivals en 2018. Le Festival International du Film Francophone (FIFF) de Namur, les Journées cinématographiques de Carthage (JCC)), le Festival du Cinéma Africain de Khouribga au Maroc où il obtient les prix du meilleur acteur masculin pour Stephane Bak et le meilleur scénario. Il a remporté aussi le prix d’argent Hugo du Festival International du Film de Chicago.

Il est en lice avec 19 autres films pour l’Etalon d’or dans la catégorie fiction long. Une dizaine d’autres dans la catégorie documentaires long qui, cette édition connaît un réaménagement. Un Etalon d’or est aussi décerné dans cette catégorie. Au total 165 films de 16 pays africains seront projetés pendant le Fespaco, du 23 février au 2 mars 2019.

Revelyn SOME

Burkina24


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre