Burkina : Des femmes décident « de ne plus s’arrêter au bord de la route pour quémander »

164 0

La ministre de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire a organisé une cérémonie de clôture avec une association de femmes de la rue ce mercredi 6 mars 2019 à Ouagadougou. Cette rencontre est inscrite dans le cadre de l’insertion économique des femmes à travers une série de formations entreprise par le ministère.

La formation des 64 femmes de la rue a débuté le 18 février 2019 et a duré deux semaines. Au cours de cette série de formations, ces femmes ont bénéficié de connaissances en entreprenariat, en gestion d’entreprise et en agriculture.

« En ce qui concerne les femmes, c’était aujourd’hui de leur permettre de pouvoir s’insérer de manière sociale et économique », a affirmé la ministre Laurence Marchal/Ilboudo. Cet encadrement, à écouter les bénéficiaires, a été d’un grand profit pour les femmes en situation de rue. Les femmes ont appris les techniques d’élevage en aviculture, elles ont été accompagnées pour gérer le petit commerce et l’estime de soi, a souligné la ministre.

Cette formation a été également le lieu de donner « des modules sur le droit de la femme, les différentes lois que nous avons pour protéger les femmes au Burkina Faso » et donner tout ce qui est « planning familial ». Ce planning comme l’a dit la ministre, « permettra aux femmes de faire des enfants mais de pouvoir espacer, de pouvoir se reposer, et d’être productives pour leur famille et pour la nation ».

« Nous prenons l’engagement de ne plus nous arrêter au bord de la route pour quémander »

La représentante des femmes bénéficiaires, Assétou Gorga, s’est réjouie de l’initiative. Elle a déclaré qu’après cette session, elles ont beaucoup appris et remercient l’humanisme de Laurence Marchal/Ilboudo. « Nous les femmes, nous prenons l’engagement de ne plus nous arrêter au bord de la route pour quémander et nous souhaitons bon vent à la ministre », a ajouté la représentante.

Selon les dires de la ministre, ces femmes seront accompagnées dans le démarrage de leurs activités. Parallèlement, elles auront des vivres qui permettront d’éviter qu’elles ne prennent l’argent pour nourrir la famille.

La ministre en charge de la femme reste convaincue que les femmes ont pris conscience que leur « salut » n’est pas dans les rues mais plutôt dans « l’effort et la prise en charge de leur vie ». Par ailleurs, il y a lieu de souligner que les femmes, au cours de la cérémonie, ont reçu des pagnes 8-Mars offerts par Laurence Marchal/Ilboudo.

Aïna TOURE (stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.
.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre