Fespaco 2019 : La fête se poursuit à Bobo-Dioulasso

354 0

La 26ème édition cinquantenaire du FESPACO se poursuit à Bobo-Dioulasso, la capitale économique du Burkina Faso et ce du 7 au 10 mars 2019.

Après Ouagadougou, du 23 février au 2 mars 2019, le comité d’organisation du FESPACO avec à sa tête le ministre de la culture, des arts et du tourisme, Abdoul Karim Sango, s’est rendu à Bobo-Dioulasso pour donner le goût de la fête du cinéma aux Bobolais.

Les films de la sélection, des films primés ou non sont au programme. La maison de la culture et de la jeunesse et le ciné « Guimbi » accueillent les projections.

La cérémonie d’ouverture s’est tenue dans l’enceinte du ciné « Guimbi » en pleine rénovation avec les films “Black Mamba”, “Poulain d’or” de Amel Guellaty de la Tunisie et prix Thomas Sankara et “The Mercy of the Jungle” “Etalon d’or” 2019 de Joel Karékézy du Rwanda . L’ancienne salle du ciné à ciel ouvert a été repeinte à nouveau, les gradins dépoussiérés pour l’occasion, a permis à plus d’un de se remémorer  des souvenirs. Pour ce faire, populations, autorités et chefs coutumiers n’ont pas marchandé leu déplacement.

Que ne fut pas la joie du promoteur, Berni Goldblat de voir le cinéma faire salle comble.  « La mémoire, c’est le site du ciné Guimbi, l’avenir, c’est la renaissance de Guimbi avec la nouvelle salle en construction», dit-il.

Les représentants des chefs de Bobo-Dioulasso

Le Ministre de la culture, Abdoul Karim Sango, attend par cette démarche (Cérémonie d’ouverture à Guimbi) apporter tout le soutien du gouvernement à des gens (promoteur du ciné Guimbi) qui ont eu de l’audace, à des gens qui continuent de croire que le Burkina Faso est une terre de bonheur, de prospérité.

Cependant, le représentant des chefs de Bobo-Dioulasso, Salia sanou, lui lance une doléance, que les autorités de Ouaga n’oublient pas la ville de Bobo : « Plusieurs Fespaco se sont déroulés et nous avons regardé ça de loin à la télévision. Mais nous apprécions les initiatives prises pour le Fespaco à Bobo cette année. Nous souhaitons qu’elles soutiennent ce promoteur à achever la construction du bâtiment”.

Boureima Fabéré Sanou, Maire de la ville de Bobo-Dioulasso

Il a aussi rappelé que Bobo-Dioulasso avait 5 salles de cinéma, ciné Rio devenu ciné Guimbi, le Houet appelé Eden, ciné Normadie. Tous ont fermé, sauf le Ciné Sagnon, mettant la population de Bobo dans la nostalgie.

Cette interpellation ne semble pas tomber dans les oreilles d’un sourd. A la suite du maire de la ville, Boureima Fabéré Sanou, qui promet accélérer la signature de la convention avec les promoteurs qui n’a fait que trop durer, le ministre de la culture, à son tour, a promis que des efforts seront faits pour redonner  à Bobo-Dioulasso son nom de ville culturelle.

Et de ce fait, ramener le Fespaco dans l’enceinte de ciné Guimbi, pour ce dernier, est un retour sur la terre de la culture burkinabè. « On ne peut pas continuer d’affirmer que Bobo-Dioulasso est la capitale de la culture, ce qui est d’ailleurs vrai et célébrer le plus grand festival du cinéma africain en se limitant à Ouagadougou », a-t-il conclu.

Revelyn SOME

Burkina24

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *