un atelier national sur la relance durable de la production cotonnière

Relance de la production du coton : Les acteurs s’accordent à Ouagadougou

408 0

Dans la dynamique d’une relance durable de la production cotonnière au Burkina Faso, le ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat a organisé un atelier national du 11 au 13 mars 2019 à Ouagadougou. Durant trois jours, l’ensemble des acteurs ont passé au peigne fin les difficultés qui émaillent la filière.

Les acteurs de l’industrie cotonnière au Burkina Faso veulent en finir avec la morosité dans le secteur. C’est dans cette optique que le ministère en charge du commerce et de l’industrie a initié un atelier national sur la relance durable de la production cotonnière du pays du 11 au 13 mars 2019 à Ouagadougou.

Entre autres, la question de la production de la semence, les mécanismes de fixation des prix de cession des intrants  d’achat du coton graine ont été examinés par 450 personnes issues de la filière coton.

Lire également 👉Burkina : L’avenir de la filière coton en discussion à Ouagadougou

Un Comité de Haut niveau a été mis en place pour le suivi de la relance de la production cotonnière du Burkina Faso et chargé d’examiner les recommandations faites au cours de cet atelier. Egalement un groupe de Sages, constitués des personnalités influentes dans le monde rural,  sera mis en place pour accompagner ce comité.

A l’issue des trois jours de travaux, le ministre en charge du commerce, Harouna Kaboré, est confiant que les recommandations devraient permettre au Burkina Faso de retrouver sa place de pays leader dans la production cotonnière en Afrique et de jouer son rôle de moteur de l’économie nationale.

le ministre en charge du commerce, Harouna Kaboré
Le ministre en charge du commerce, Harouna Kaboré

Pour une bonne campagne cotonnière 2019-2020, il a assuré que des dispositions seront prises en ce qui concerne la qualité des intrants, l’amélioration du prix d’achat du coton graine. Ainsi, les sociétés cotonnières se sont engagées pour accompagner l’apurement des impayés internes des producteurs et à l’Etat de faire un plaidoyer auprès des banques en vue d’apurer les impayés tout en poursuivant la production.

En début avril prochain, une assemblée générale est prévue pour statuer sur la campagne 2019-2020, notamment sur le prix d’achat du coton graine aux producteurs et les prix de cession des intrants. Le Directeur général de la SOFITEX, Wilfried Yaméogo, a laissé entendre que cette rencontre a donné l’opportunité d’échanger avec « un langage de vérité » sur les problèmes qui minent la filière.

En rappel, ces dernières années la filière coton a enregistré des contre-performances avec une baisse des rendements et de la production dont les conséquences se traduisent par un surendettement des producteurs, leur découragement et leur désaffection ainsi qu’une baisse des recettes d’exportation.

Jules César KABORE

Burkina24

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *