Simon Compaoré a-t-il été “hué” au Yatenga ?

1293 0

Dans la journée du 13 mars, le réseau social Facebook s’est enflammé au Burkina Faso. Pour cause, selon certains internautes, le Président par intérim du Mouvement du peuple pour le procès (MPP) aurait été chassé du Yatenga. Jusque dans la soirée, les commentaires se faisaient par dizaines dans les groupes de débats. Mais que s’est-il passé ?

C’est n’est un secret pour personne. Dans la province du Yatenga, le parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a du mal à se relever depuis le décès de Salifou Diallo, ancien président de l’Assemblée nationale.

Dans un communiqué rendu public le jeudi 14 mars 2019, selon Clément Sawadogo, 2e vice-président du MPP, Simon Compaoré, président par intérim, a conduit une délégation le 13 mars 2019, à Ouahigouya pour rencontrer les membres du Bureau politique national de la province du Yatenga. L’objet principal de la rencontre était l’annonce de la composition de la section provinciale du parti.

« Alors que la réunion tirait vers la fin, des voix discordantes de certains camarades et non des moindres se sont élevées pour remettre en cause la liste, malgré la présence du président de la fédération Smaïla Ouédraogo qui a pris part au processus de désignation du nouveau bureau de la section du Yatenga », lit-on dans le communiqué.

Alors que certains internautes indiquaient que le Président par intérim a été chassé du Yatenga, le parti, quant à lui, relate que c’est lorsque la délégation du parti, sous la direction de Simon Compaoré a mis le cap sur la résidence de feu Salifou Diallo pour s’incliner sur la tombe de l’ancien président du MPP qu’ « une dizaine d’individus manifestement instrumentalisés, ont empêché, encore une fois malgré la présence de Smaïla Ouédraogo, l’accès du domicile de feu Salifou Diallo à la délégation du MPP ».

Les émissaires du parti n’en ont fait outre mesure et ont regagné Ouagadougou aux alentours de 12 h le 13 mars 2019, poursuit le parti.

Synyhèse de Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre