Cyclone Idai : “On sauve qui on peut…”

307 0

Le bilan du cyclone Idai pourrait gagner la barre des 1 000 victimes, a annoncé le président du Mozambique Filipe Nyus, le lundi 18 mars 2019. Pour ne pas atteindre ce nombre, les sauveteurs mettent tout en œuvre pour venir en aide au rescapés, indique RFI.

Le cyclone Idai restera gravé dans l’histoire du monde mais surtout en Afrique australe, précisément le Zimbabwe et le Mozambique. Dans ce dernier pays, la ville Beira, qui compte près d’un demi-million d’habitants, a été « véritablement » dévastée par le cyclone dans la nuit du 14 au 15 mars avec des vents allant jusqu’à 200 km/h.

L’aide humanitaire ne s’est pas faite attendre. Les ONG tel le Programme Alimentaire Mondial (PAM), la fédération internationale des sociétés de la croix rouge et du croissant rouge, etc. ont répondu à l’appel. Sauver ceux qui peuvent encore l’être, et aider les survivants, lit-on sur RFI.

Avec les routes impraticables, et le manque d’hélicoptères, les secouristes font de leur mieux, mais ne pourront pas sauver tout le monde. « On sauve qui on peut et les autres vont périr“, a prévenu Ian Scher depuis Beira (centre), rapporte JeuneAfrique.

Le média ajoute que le Chef de l’Etat du Mozambique Filipe Nyusi a sollicité à ses compatriotes qui vivent près des rivières « à quitter la zone pour sauver leur vie »,  car les autorités pourraient être forcées à ordonner l’ouverture des barrières de barrages, bien que que les terres soient déjà noyées.

Selon RFI, le ministère de l’information du Zimbabwe a annoncé un bilan provisoire de 98 morts, et de 200 morts du côté du Mozambique.

Un deuil national de trois jours avait été décrété au Mozambique.

Synthèse de Irmine KINDA

Burkina24

Photo : RFI

           

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *