Tunisie : Un enquêteur de l’ONU arrêté pour espionnage

808 0

L’ONU  a indiqué qu’un de ses fonctionnaires ayant pour mission d’enquêter sur les violations de l’embargo sur les armes frappant la Libye, est retenu dans les geôles tunisiennes depuis le mardi 26 mars 2019 par les autorités du pays qui l’accusent d’espionnage.

Farhan Haq, un porte-parole de l’ONU, a annoncé l’arrestation du Tunisien Moncef Kartas, expert de la gouvernance sécuritaire et membre du panel d’experts du comité des sanctions sur la Libye à son arrivée à Tunis le mardi 26 mars 2019. Cette information a été confirmée par les autorités tunisiennes révélant la mise en détention de deux Tunisiens, dont le fonctionnaire des Nations-Unies soupçonné “d’espionnage au profit de parties étrangères”.

Des documents secrets contenant des données détaillées sensibles susceptibles de porter atteinte à la sécurité nationale ont été saisis, ainsi que des équipements techniques interdits dans notre pays, qui peuvent être utilisés pour brouiller ou intercepter des communications”, a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué rendu public le vendredi 29 mars 2019.

Les détails sur la deuxième personne en détention n’ont quant à elles  pas été livrées.

Farhan Haq  a rappelé l’immunité diplomatique qui couvre en principe le Tunisien Moncef Kartas en sa qualité d’expert onusien, et s’est étonné que les autorités du pays aient balayé du revers de la main ce statut.

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres est attendu à Tunis, la capitale tunisienne   ce samedi 30 mars en vue de sa participation au sommet arabe.

L’ONG Human Rights Watch est rentrée dans la danse pour demander aux autorités tunisiennes les raisons de cette interpellation tout en insistant sur le fait que la Tunisie est dans “l’obligation de coopérer avec les enquêtes du comité” d’experts de l’ONU.

Moncef Kartas  a consigné dans un rapport que le groupe d’experts avait souligné en 2017 la livraison permanente d’armes et de munitions « aux différents belligérants (en Libye), avec l’implication d’Etats membres » de l’ONU.

Moncef Kartas,  qui selon la presse tunisienne, jouirait d’une double nationalité tunisienne et allemande avant son arrestation, revenait de la Libye confrontée à une instabilité datant de 2011, année de chute du guide de la révolution libyenne, Mouammar Kadhafi en 2011 et ce, du fait de la multiplication de groupes armés et de forces politiques rivales.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU 

Burkina24

Source : Africa24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre