Rumeurs sur la grève illimitée des chauffeurs routiers: Le président de l’OTRAF s’explique

914 0

L’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) aurait annoncé un mouvement d’humeur à compter du mardi 2 avril 2019 à Ouagadougou pour réclamer le départ du président de l’Organisation des transporteurs routiers du Burkina (OTRAF), Issoufou Maiga. Ce dernier a précisé qu’il n’y avait pas de mouvement d’humeur au sein des transporteurs. Il a indiqué de ne pas faire d’amalgame entre les transporteurs et les chauffeurs.

En août 2018, la grève de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) avait entraîné une pénurie de carburant pendant six jours dans tout le territoire national. L’Etat avait suggéré la mise en place d’une faîtière des transporteurs routiers qui regroupera toutes les organisations.

Le président de l’Organisation des transporteurs routiers du Burkina (OTRAF), Issoufou Maiga, a fait savoir que la mise en place de la faîtière est toujours en cours et sera validée par le gouvernement. Des chauffeurs estiment qu’ils ne sont d’accord avec la personne pressentie pour être candidat à la présidence de la faîtière.

Lire également👉 Grève des chauffeurs: Ouagadougou en panne de carburant

Issoufou Maiga a indiqué que c’était une affaire de transporteurs et non celle des chauffeurs. Par ailleurs, il a précisé que l’UCRB ne fait pas partie de la faîtière.

 Zakaria Belem, membre de l’UCRB, dans certains médias, affirmait que les chauffeurs menaçaient d’entamer une grève illimitée sur tout le territoire si toutefois la candidature de Issoufou Maiga était maintenue. Pour lui, il compte maintenir le mouvement jusqu’à la satisfaction.

Des syndicats, associations et groupements de transporteurs routiers du Burkina Faso ont tenu une conférence de presse ce mercredi 3 avril 2019.

Ils estiment que le mouvement d’humeur est l’oeuvre d’individus non identifiés, qui, selon eux, n’appartiennent pas aux 18 syndicats, associations et groupement de transporteur qui existent au Burkina.

Par ailleurs, ils appellent les autorités à mettre ces individus “hors d’état de nuire”.

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre