INAFAC : Bientôt un nouveau bâtiment R+1

476 0

Le ministre de la Culture des Arts et du Tourisme a procédé, le vendredi 5 avril 2019 à Ouagadougou, à la pose symbolique de la première pierre d’un bloc pédagogique R+1 et de latrines à l’Institut National de Formation Artistique et Culturelle (INAFAC).

D’un montant total de 283 952 808 FCFA TTC, le projet dont il est question est la construction d’un ouvrage à niveau R+1 avec des latrines pour hommes et femmes au profit des élèves de l’Institut National de Formation Artistique et Culturelle (INAFAC). Il s’agit d’un bloc pédagogique qui comprend huit (8) salles de cours et deux (2) magasins, organisé en R+1, soit 4 salles d’environ 77 mètres carrés à chaque niveau et un magasin, à en croire l’architecte du Cabinet d’étude Acropole, Tangui Somé.

La particularité du bâtiment, confie donc l’architecte, est qu’il sera doté des « doubles vitrages au niveau des fenêtres » afin d’éviter les nuisances sonores. Il y aura des moquettes au sol pour un traitement acoustique approprié et aussi la climatisation de toutes les salles.

L’entreprise attributaire du projet est le Groupement ETB Sarl et entreprise Nakingtaoré qui a un délai d’exécution de 120 jours pour rendre opérationnels ce nouveau bâtiment et les latrines.

C’est un financement entièrement supporté par le compte trésor du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (MCAT).

Selon le responsable du département, Abdoul Karim Sango, il était nécessaire de réaliser une telle infrastructure pour mieux favoriser une formation artistique de qualité au Burkina Faso. « Le capital humain est un axe majeur de la politique du président du Faso. Il était important pour nous d’indiquer que le renforcement du capital humain doit aussi se faire dans le secteur des arts qui se caractérise souvent par beaucoup d’informalités. Si les arts de façon générale au Burkina entendent être compétitifs dans ce monde globalisé, il est important que nous mettions un accent très particulier sur la formation de la jeunesse. C’est pour cela qu’aujourd’hui, nous avons posé la première pierre afin d’améliorer les infrastructures de formation dans le domaine des arts et de la culture».

Que cela ne tienne, cet investissement de l’Etat ne garantit pas une place à la fonction publique. « Les élèves vont être formés à des métiers qui devraient principalement les orienter dans le secteur libéral. Donc, il ne faut pas attendre plus que ça du ministère. Son rôle, c’est de créer un environnement qui permet à chacun d’avoir les capacités lui permettant également de se débrouiller dans la vie. Ce ne sont pas des fonctionnaires qu’on vient former ici », a indiqué le ministre.

Sango était accompagné de l’ambassadeur de l’Italie, Andrea Romussi qui promet « une très bonne collaboration» dans le domaine culture avec le Burkina Faso.

Saga SAWADOGO (stagiaire)

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre

IUTS : L’éternel débat

Posté par - 10 février 2018 0
Déduit dans le secteur privé, point d’achoppement entre le gouvernement et les syndicats depuis 2016, la surchauffe des esprits autour…

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *