Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales : Bruno Dipama rend compte de ses 100 jours               

376 0

Après son installation le 28 décembre 2018 à la tête de Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT), le Directeur général Bruno S. Dipama et son équipe ont organisé plusieurs activités conformément aux missions assignées au fonds. Mais la plus grande réforme envisagée est l’adaptation des textes règlementaires du fonds pour mieux atteindre les objectifs de développement. Le compte –rendu a été fait aux journalistes le dimanche 7 avril 2019 à Bobo-Dioulasso.

Opération de billetage sur le  traitement salarial des agents du Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT) à la période de janvier 2019, rencontre d’échanges avec les 13 agences régionales de développement et les Présidents de conseils régionaux, signature de convention avec une vingtaine d’organes de presse, atelier d’immersion des professionnels des medias au fonds, sont entre autres les composantes de la nouvelle dynamique insufflée par le nouveau Directeur général du Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales.

En termes de perspectives, le FPDCT prévoit l’organisation d’une caravane de presse dans les 13 régions du Burkina Faso, la constitution d’un patrimoine archivistique et la construction d’un siège devant abriter sa direction. Mais le projet le plus en vue demeure la restructuration du fonds. Elle consiste à sa réforme juridique pour mieux l’adapter aux objectifs de développement. « Actuellement, nous finançons les projets qui nous sont soumis par les collectivités territoriales. Mais la nouvelle réforme nous permettra par exemple d’identifier nous-même des projets de développement », explique Bruno Dipama. D’ores et déjà, il pense à « la création d’un incubateur de jeunes pour résorber le chômage afin de les préserver des marchands d’illusions et des opérateurs de la mort », dévoile le DG.

Qui peut bénéficier du fonds ?

Selon Bruno Dipama, en plus des collectivités territoriales, les promoteurs de groupements peuvent également bénéficier de l’appui du fonds. Toutefois, ce processus requiert une recommandation de leur mairie.

Sur une centaine de boutiques construites sur financement du fonds à Koundougou, commune rurale située à quelques encablures de la ville de Bobo-Dioulasso, c’est une quarantaine qui est exploitée. Même constat dans d’autres communes où des forages et des infrastructures scolaires chôment. A cela s’ajoute la mauvaise exécution des travaux. Face à cette situation, le DG est formel : « Il est de la responsabilité des maires de bien cerner les besoins réels des populations, et aussi de s’assurer de la qualité des prestataires, de l’entretien des infrastructures », fait –il savoir avant de rappeler que le fonds intervient seulement dans le processus de financement. Dès lors qu’un projet est éligible, tout le processus revient à la collectivité.

Une fois faite, la restructuration tant voulue à en croire le DG va impliquer la population locale dans le suivi des travaux des œuvres financées par le fonds.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre

Afrique Media quitte le Cameroun

Posté par - 17 août 2015 3
 «C’est fini avec le Cameroun. Nous nous installons désormais à Malabo. Même après la période que l’administration camerounaise a fixée,…

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *