Impact du Fonds des collectivités territoriales : Diagnostic sur le terrain

390 0

Après 100 jours à la tête du Fonds Permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT), le Directeur Général de ladite structure, Bruno Dipama, a effectué une sortie de terrain afin de constater l’état des réalisations. Cette visite est intervenue le samedi 6 avril 2019 au terme d’un atelier d’immersion aux profits des professionnels des médias.

Depuis sa création jusqu’en 2018, le FPDCT a bénéficié d’environ 100 milliards de francs CFA pour le financement des projets des 364 collectivités territoriales. Une somme colossale dont l’utilisation n’est souvent « pas très satisfaisante ». « Dans la plupart des collectivités, si ce n’est pas des problèmes d’absorption des ressources, ce sont des problèmes de qualité des infrastructures réalisées ou des problèmes d’exploitation », a souligné le directeur du fonds Bruno Dipama. En guise de réponse, le DG de la structure a promis de « continuer » les discussions avec les différents responsables afin de trouver des solutions pérennes.

Dans la commune de Koundougou, province du Houet, le FPDCT a permis de réaliser un certain nombre d’infrastructures, notamment des boutiques et des hangars de ventes. Seulement, ces infrastructures restent dans la quasi-totalité inoccupées. Les raisons de cet état des lieux des constructions s’expliquent souvent par le prix mais aussi par des habitudes.

Les étals dans la commune de Koundougou

« C’est une situation que nous avons pu constater et ce qu’on nous a fait comprendre, c’est qu’il n’y a pas eu assez de concertations pendant l’implantation des boutiques et des étals. Les commerçants ayant pris l’habitude d’exercer leurs activités au bord du goudron auraient souhaité que les boutiques soient mises le long du goudron. Il y a aussi la question des prix de location mais nous sommes en train de voir comment trouver des réponses à toutes ces questions », a expliqué le maire de la commune de Koundougou, Bembè Barro. Un problème réel d’identification des besoins des populations s’impose dans cette commune et au niveau d’autres localités qui bénéficient également des financements du FPDCT. Un suivi-contrôle est alors « primordial » pour s’assurer de la bonne utilisation des financements.

Diamétralement à cette situation, la commune de Dandé, toujours dan la province du Houet, fait bon usage de son verger mis en place sur financement du FPDCT. Un champ d’environ 2 hectares destiné aux cultures de contre-saison et de fruits. Un projet salué à sa juste valeur par les bénéficiaires.

Le verger bien entretenu de Dandé

« Avant l’arrivée du projet, il faut dire que le groupement qui exploite ce terrain avait un sérieux besoin d’équipement. Le projet a un impact significatif sur la vie des populations », a dit Issa Paré, le chargé d’appui du projet. Le seul problème qui subsiste reste la commercialisation. Un projet « exemplaire » pour d’autres collectivités territoriales de l’avis du directeur du FPDCT qui a par ailleurs promis des solutions afin de permettre aux producteurs de profiter au maximum de leurs produits à travers des projets de conservations ou de transformations.

Qu’est-ce que le FPDCT ?

Le Fonds Permanent pour le Développement des Collectivités Territoriales (FPDCT) est une structure étatique placée sous la tutelle du ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation et du ministère de l’économie et des finances. Sa principale mission est de mobiliser des ressources, concourir au financement des programmes de développement des collectivités territoriales et contribuer au renforcement de leurs capacités techniques. Le FPDCT fonctionne sur financement à plus de 80% de l’Etat et des partenaires à hauteur de 20%.

Comment bénéficier du financement du FPDCT ?

Chaque collectivité territoriale bénéficie d’une enveloppe de base d’au-moins 10 millions de francs CFA. Ensuite est faite une répartition en fonction de la démographie et du niveau de pauvreté selon des critères et pourcentages « bien définis ». Tout projet conforme aux compétences des collectivités territoriales est recevable pour bénéficier de l’accompagnement du fonds permanent.

Après la réalisation de plus de 10 000 projets, le FPDCT a entrepris de répondre à l’épreuve du temps. Ainsi, des recommandations ont été faites à la suite d’études et d’audits. Parmi ces recommandations, une mutation institutionnelle, une relecture des statuts, la mise en œuvre de missions d’assistance en maitrise d’ouvrage et la mise en place d’une loi de programmation financière afin d’assurer la prévisibilité et la durabilité des financements.

Basile SAMA

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre