Authentification des diplômes : L’opposition demande aux autorités de donner l’exemple

1181 0

La traditionnelle conférence de presse hebdomadaire du Chef de de File de l’Opposition Politique au Burkina Faso (CFOP-BF) a été animée ce mardi 16 avril 2019 par Alphonse-Marie Ouédraogo, président de l’Union pour la Renaissance Démocratique/Mouvement sankariste (URD/MS) et par le président du PNDS Yumanli Lompo. Les deux leaders politiques son revenus sur le cas Yirgou trois mois après, l’annonce de l’opération d’authentification des diplômes et sur la « lettre de l’ex-président Compaoré au président Kaboré ».

L’opposition politique par la voix de Alphonse-Marie Ouédraogo qualifie les déclarations tenues par le président par intérim du MPP le 10 avril dernier lors d’un point de presse de « déclarations hypocrites et tendancieuses ». « Tout le monde a été témoin que le MPP a battu campagne au Burkina en 2015 sur des arguments ethnicistes » a-t-il martelé avant d’affirmer que cette campagne « a semé les Yirgou, Zoaga et Arbinda ». Ces affirmations viennent en réponse aux propos de Simon Compaoré qui accusaient les « adversaires politiques de son parti de chercher à récupérer les drames sociaux avec la funeste intention de se faire une virginité politique ».

Concernant la réaction de Simon Compaoré sur la crise au Ministère des Finances et du Développement (MINEFID) et sur le rapport des ONG, Alphonse-Marie Ouédraogo s’est étonné sur le premier point en affirmant que : « le président du Faso en tant qu’ancien ministre des finances est aussi comptable de la situation actuelle ». Sur le deuxième point, « l’opposition politique se démarque clairement de ces propos irresponsables », a soutenu le président de l’URD/MS. Il a par ailleurs affirmé que l’opposition entreprendra des discussions avec les ONG pour les encourager à poursuivre leurs actions humanitaires.

« L’opposition politique est attachée à la transparence dans le recrutement et la gestion des carrières des fonctionnaires », a déclaré Alphonse-Marie Ouédraogo en réponse à l’opération de contrôle des diplômes des fonctionnaires. Tout en souhaitant que cette « bonne initiative » ne soit pas transformée en un instrument de répression de certains groupes de fonctionnaires, le CFOP par la voix de Alphonse-Marie Ouédraogo exprime son désir de voir les plus hautes autorités du pays donner l’exemple.

Le dernier sujet sur la table des échanges a été « la lettre de l’ancien président Compaoré au président Kaboré ». Le président de l’URD/MS requiert la publication de l’intégralité de la correspondance. « Cette lettre est la preuve que contrairement à la propagande hypocrite dont se sert le MPP, Roch et Blaise continuent de communiquer », s’est-t-il exprimé.

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre