Grève du SYNTHSA : Le ministère de la santé à l’hôpital Yalgado Ouédraogo

512 0

Le Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) observe un mot d’ordre de grève du 17 au 18 avril 2019. Le mercredi 17 avril 2019, le ministère de la Santé a organisé une visite au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO) pour « voir la fonctionnalité des services clefs dans les centres de santé ». La délégation a été conduite par le Dr Robert Karama, Secrétaire général du Ministère de la santé.

Au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO), la délégation du ministère de la santé est allée « encourager les agents ». Dans les services vitaux dont les services d’urgence, les services de gynécologie, la maternité, des mesures ont été prises pour assurer le bon déroulement des prestations. Dans les salles, les patients allongés, qui sur des lits qui à même le sol dans les couloirs, reçoivent tant bien que mal les soins nécessaires. Les stagiaires, le personnel de l’armée ont été appelés en renfort et des réquisitions prises.

« Moi, Jacob, si j’étais à la place du gouvernement, j’allais donner au docteur plus que les députés. Parce que les docteurs travaillent jour et nuit. Mais les députés, eux ils sont au bureau. Vraiment, je ne comprends pas leur travail ».

Jacob Salem, artiste-musicien – Photo B24

Malgré tout, à en croire le Pr Thiéba Blandine Bonané en fonction à l’Hôpital Yalgado Ouédraogo, « la grève est suivie ». Du côté des patients, « ce n’est pas l’affluence des grands jours, mais des mesures ont été prises, poursuit-elle. Au regard de la grève, on sait que notre hôpital sera sollicité puisque c’est le centre de référence nationale. Les malades viendront certainement des autres structures et nous serons prêts à les accompagner ».

Grève du SYNTHSA : Le ministère de la santé à l’hôpital Yalgado Ouédraogo

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Il y a 1 commentaire

  1. Il doit falloir qu’on nous dise la vérité un jour.
    Un mot d’ordre de grève est lancé et le seul soucis du gouvernement c’est l’organisation d’un service Minimum.
    Au jour de la grève on se promène et et mentir au peuple que le minimum est assuré et surtout par des stagiaires de surcroît.
    Pendant qu’un poste aussi indispensable que le bloc de la maternité est fermé on nous dit que l’essentiel est gérer.
    Que Dieu nous garde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre