Burkina : Le Hadj 2019 coûtera 2 132 000 F CFA

805 0

Le coût du Hadj 2019 est fixé à 2 132 000 F CFA. L’annonce a été faite ce jeudi 18 avril 2019 par le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale en conférence de presse.

De part et d’autre de la table avec au milieu, il y avait le ministre d’Etat Siméon Sawadogo, des membres du Comité national de suivi du pèlerinage à la Mecque composé de responsables de la Fédération des associations islamiques du Burkina Faso (FAIB) et un représentant de l’ambassade d’Arabie Saoudite. Tous font part de leur souhait de voir tous les Burkinabè de confession musulmane et désireux d’accomplir le cinquième pilier de l’Islam se rendre en Arabie Saoudite et d’y revenir sains et saufs.

Pour 2019, informe le ministre de l’administration territoriale, l’Etat burkinabè a pu renouveler son quota pour 2019 à 8143 pèlerins. Cette année, « à l’exception des agences qui sont sanctionnées pour non-respect du cahier de charge et celles n’ayant pas renouvelé leur demande de participation pour le Hadj 2019 », les autres agences se doivent, après l’expiration du mandat de deux ans, procéder au renouvellement de leurs  accréditations.

Cette année, la compagnie saoudienne Sky Prime a été retenue pour transporter en vol charter le quota de 7 000 pèlerins burkinabè à partir de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso. Les autres pèlerins (fonctionnaires, les hommes d’affaires etc.) feront le déplacement de Médine en vol régulier. Le ministre de la cohésion a encore en mémoire le « désistement de (la compagnie) Nesma » une dizaine de jours avant le départ des pèlerins. « C’était devenu infernal. Il fallait trouver un avionneur dans les dix jours », soupire aujourd’hui Siméon Sawadogo.

Les candidats au Hadj 2019 sont invités à « entreprendre dès maintenant toutes les démarches administratives nécessaires » afin d’entrer en possession de leurs documents de voyage, notamment le passeport biométrique pour lequel une campagne spéciale de délivrance a été lancée le 11 avril et court jusqu’au dimanche 21 avril. Les futurs pèlerins ont jusqu’au 5 mai pour s’inscrire.

« Il n’y a pas beaucoup de temps », relèvera Siméon Sawadogo. Surtout, ils devront s’acquitter du « coût du Hadj 2019 (qui) est fixé à 2 132 000 F CFA (billets d’avion, affectation des agences de voyage, séjour), soit une diminution de 153 000 F CFA par rapport au prix de l’an passé ».

Cette baisse du coût, le ministre l’explique par l’apport de l’Etat burkinabè qui supporte ainsi les frais d’« un certain nombre de faits » sans lequel,  « le coût réel allait s’élever à 2 400 000 francs CFA ». A présent, les regards sont tournés vers l’ambassade d’Arabie Saoudite avec laquelle, le ministère de la cohésion sollicite dit collaborer « tellement bien », d’où la sollicitation du ministre pour « l’obtention diligente des visas ».

Une demande qui n’est pas si fortuite que cela. « Moins un, il y a 2 000 qui n’allaient pas partir », se remémore Siméon Sawadogo.  « On a eu (l’an dernier ndlr) des sueurs froides par rapport à certains visas qui étaient menacés », confie pour sa part El Hadj Ilboudo Zoundi Abdoul Moumine du comité national d’organisation du Hadj 2019.

Tout comme l’an dernier, rassure Badr Al Outaibi de l’ambassade de l’Arabie Saoudite, à la représentation diplomatique, ils sont « prêts et à disposition pour délivrer les visas » aux croyants afin qu’ils puissent accomplir le cinquième pilier de l’islam qu’est le pèlerinage à la Mecque.

Oui KOETA

Burkina24

Oui Koeta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre