Boukaré Conombo sur les exilés politiques : “Ceux qui voulaient rentrer sont rentrés”

1021 0

C’est sans langue de bois que le président de l’organisation de la société civile Brassard noir, Boukaré Conombo, s’est exprimé sur plusieurs points de la vie nationale ce vendredi 19 avril 2019 lors d’un point de presse. Le président du Brassard noir a salué les efforts du gouvernement pour ses actions, dans la lutte contre le terrorisme la réconciliation nationale et la cohésion sociale.

Sur la question de la réconciliation nationale, le Brassard noir souligne que des organisations politiques et des politiciens veulent utiliser  la réconciliation nationale comme fonds de commerce. En effet dit Boukaré Conombo,  « des organisations politiques et des politiciens en perte de vitesse comme la CODER, des OSC, Ablassé Ouédraogo veulent utiliser honteusement la réconciliation nationale, (…) comme si la réconciliation nationale se décrétait ».

Le président a rappelé que pour les exilés, il n’était pas possible de faire rentrer des gens qui se sont exilés volontairement. « Les forcer à rentrer serait agir contre leur volonté. Ceux qui voulaient rentrer sont rentrés et aujourd’hui, ils circulent librement en attendant de répondre des faits qui leurs sont reprochés devant la justice : à titre d’exemple, Beyon Luc Adolphe TIAO », ajoute Boukaré Conombo.

Boukaré Conombo a donné sa lecture concernant la correspondance de l’ancien président Blaise Compaoré, qui pour lui, est plus une manœuvre politique qu’une main tendue.

« C’est maintenant qu’il sait que le Burkina est attaqué ? Ensuite, c’est qui, qui nous parle ? Blaise Compaoré l’Ivoirien ou le Burkinabè ? (…). Le Burkina Faso est attaqué depuis trois ans (..), et c’est au moment que nos Forces de défense et sécurité ont repris le dessus que Monsieur Blaise Compaoré se signale avec une fameuse lettre pour dire qu’il est disposé. Quand on veut aider quelqu’un, on n’a pas besoin de faire du bruit(…). Nous pensons plus à une manœuvre politique qu’à une main tendue. Nous disons au Président et à l’ensemble de tous les Burkinabè de faire attention (…) ».

Irmine KINDA

Burkina24

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *