Le procès du putsch, victime collatérale du mot d’ordre des avocats

1189 0

L’arrêt de travail de 96 heures décrété par l’Assemblée générale des avocats du Burkina a eu raison du procès du putsch manqué de septembre 2015. Les plaidoiries des avocats des Parties civiles ont été renvoyées au mardi 30 avril 2019.

A la reprise de l’audience ce mardi 23 avril 2019, Maître Souleymane Ouédraogo, au nom des avocats des Parties civiles, a fait part de la suspension de la participation des avocats du Burkina à toutes les audiences des Cours et Tribunaux sur toute l’étendue du territoire pour 96 heures, allant du mardi 23 avril au vendredi 26 avril 2019.

Il a demandé au Tribunal de prendre acte de cette décision de l’Assemblée générale des avocats. Son confrère, Maître Mamadou Sombié de la Défense a précisé que le mot d’ordre décrété n’a pas fait de distinction parlant de Cours et de Tribunaux.

« Nous ne pouvons pas assurer la défense de nos clients jusqu’à ce que le mot d’ordre soit levé », a-t-il dit. Une marche pour le respect de la justice et des droits humains est également prévue pour le lundi 29 avril 2019.

Le Parquet a dit prendre acte et a demandé au Tribunal d’aviser. Le Président du Tribunal a décidé de suspendre l’audience pour une reprise le mardi 30 avril 2019 à partir de 9h. Les plaidoiries des avocats des Parties civiles débutent ainsi dans une semaine dans la Salle des Banquets de Ouaga 2000.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre