Planning familial : Des leaders religieux et coutumiers finalisent une stratégie

290 0

L’Union des religieux et coutumiers du Burkina pour la promotion de la santé et le développement, (URCB/SD) a tenu, le 25 avril 2019 à Ouagadougou, un atelier sur la planification familiale.  L’atelier porte sur la validation et l’appropriation du plan d’action des leaders religieux et coutumiers pour la capture du dividende démographique. L’URCB/SD travaille en étroite collaboration avec HP+,  le ministère burkinabè de la santé, sur financement de l’USAID (l’Agence des États-Unis pour le développement international).

Les leaders religieux et coutumiers du Burkina Faso se sont réunis, le 25 avril 2019, pour un atelier national de validation et d’appropriation du plan d’action des leaders pour la capture du dividende démographique. Par dividende démographique, il faut entendre, selon Dr Salou Kagoné, Secrétaire technique chargée de l’accélération de la transition démographique du ministère de la santé, « l’accélération de la croissance économique qui peut résulter d’une évolution de la structure par âge de la population, accompagnée d’investissement stratégique dans la santé, l’éducation, le politique… ».

A cet effet, l’Union des religieux et coutumiers du Burkina pour la promotion de la santé et le développement (URCB/SD) a élaboré un plan d’action pour accompagner le ministère de la santé afin de promouvoir la planification familiale, moteur du dividende démographique.

Pour Dr Salou Kagoné, les leaders religieux et coutumiers sont « très influents et sont beaucoup écoutés » et la question de la planification familiale est un sujet « très sensible ». Et toujours selon elle, « le fait que les leaders religieux et coutumiers s’associent pour faire sortir un plan d’action pour travailler aux côtés du ministère de la santé est une initiative hautement appréciée ». C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le ministère les accompagne.

En effet, les questions de santé et de population « intéressent à un très haut point l’islam, le christianisme et la tradition » a relevé la représentante de l’USAID, Bijou Muhuru. De ce fait, a-t-elle ajouté, la santé de la mère et de l’enfant est une « préoccupation de première importance » pour les leaders religieux et coutumiers.

L’USAID appuie ces leaders dans la conduite des activités qui seront validées à l’issue de cet atelier. Il s’agit d’un processus continu et cela atteste « clairement », à en croire Bijou Muhuru, « l’engagement des leaders religieux et communautaires du Burkina à apporter leur contribution au repositionnement effectif de l’espacement des naissances ».

L’élaboration du plan d’action des leaders est « née de la volonté » des religieux et coutumiers de mettre en place un certain nombre d’activités par pays pour accompagner les gouvernements dans les questions de capture de dividende démographique, a indiqué Guibrina Ouédraogo, coordonnateur de l’UCRB/SD. Cela a commencé au forum sous régional des religieux et coutumiers de l’Afrique de l’ouest et du Tchad pour la santé et le développement tenu les 24 et 26 juillet 2018, a-t-il contextualisé.

Comme actions prioritaires, il y a la mise à niveau des leaders religieux sur la capture du dividende démographique, le renforcement de l’engagement des leaders pour la promotion de la procréation responsable, la contribution efficace sur la scolarisation des filles et pour leur maintien à l’école. Des activités sont prévues dans ces axes allant de l’élaboration d’argumentaires et de messages clefs, des plaidoyers, des actions de sensibilisations et des formations.
Le Burkina a, avec l’accompagnement de HP+ et de l’USAID, finalisé un document qui sera soumis à l’ensemble de nos partenaires pour validation lors de cet atelier pour en faire un document national, a affirmé le coordonnateur de l’URCB/SD.
Une photo de famille des participants de l’atelier Ph. B24

En rappel, l’URCB/SD existe depuis septembre 2007 et a pour principal objectif le renforcement de la contribution des leaders religieux et coutumiers du Burkina Faso dans la planification familiale, la scolarisation des jeunes filles et de la capture du dividende démographique.

Amsétou OUEDRAOGO (stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *