Modernisation de l’état civil : Pour que chaque enfant dispose d’un permis de vie

50 0

Le Ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale (MATDC), en partenariat avec l’Union européenne et l’UNICEF, organise un atelier national du 9 au 10 mai 2019 à Ouagadougou. Cet atelier d’analyse des processus d’enregistrement des faits d’état civil et de la production des statistiques vitales s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie nationale de l’état civil (SNEC).

Le Ministère burkinabè de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale (MATDC) et ses partenaires qui soutiennent le Programme d’appui à la modernisation de l’état civil se réunissent les 9 et 10 mai 2019 dans la Capitale.

« Cet atelier est l’aboutissement de cinq ateliers inter-régionaux qui ont regroupé les acteurs du domaine de l’état civil de toutes les régions du pays, et qui ont permis d’identifier les principaux goulots d’étranglement liés à l’accès aux services de l’état civil et à la production des statistiques de vie », a expliqué Sylvain Nhwenkeu Fils, Représentant par intérim de l’UNICEF.

Ces ateliers, a-t-il ajouté, ont abouti également à des recommandations permettant de lever les barrières identifiées. A l’en croire, ces goulots d’étranglement seront partagés et discutés au cours des deux jours de rencontre à Ouagadougou.

Rendre plus performant le système d’état civil burkinabè

L’atelier regroupe les acteurs du système d’état civil notamment des ministères en charge de l’administration territoriale, de la justice, de la santé et de l’économie, les autorités décentralisées et déconcentrées, les leaders coutumiers et religieux, les organisations de la société civile ainsi que les ONG intervenant dans le domaine.

L’objectif principal visé par cette rencontre consiste à élaborer des plans d’actions régionaux pour l’amélioration de la qualité des services de l’état civil et la production des statistiques vitales afin de rentre le système d’état civil burkinabè performant et capable de répondre aux principes d’universalité, de continuité, de permanence et de gratuité.

Un autre objectif recherché consiste à définir une feuille de route pour les grandes lignes d’actions de portée nationale afin de permettre à chaque enfant au Burkina de disposer du permis de vie qu’est l’acte d’état civil. La cérémonie d’ouverture de l’atelier a été présidée par le ministre en charge de l’administration territoriale représenté par le Secrétaire général du département, Pierre Bicaba.

Selon ce dernier, il est important de continuer à travailler afin que chaque enfant burkinabè puisse disposer d’un acte de naissance, c’est-à-dire un acte de vie. « Tous les enfants qui naissent ont droit à un permis de vie », a-t-il indiqué.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *