Tribune │ 2020, c’est parti !

1293 0

Ceci est une tribune de Maixent Somé sur la situation nationale.

J’ai lu avec amusement les réactions sur l’affaire du DG de la Sonapost…

Les critiques les plus nombreuses sont celles qui s’indignent de ces méthodes de lutte syndicales violentes qui ne sont pas si nouvelles que cela dans notre pays.

Avant le DG de la Sonapost, d’autres, y compris des ministres en ont déjà fait les frais.

D’autres critiques s’indignent de la faiblesse de l’Etat, de l’absence de sanctions…

Mais qu’ont fait ces salariés de pire que d’autres avant eux ?

Qu’ont-ils fait de pire que les épurateurs ethniques de Yirgou ?

Qu’ont-ils fait de pire que les magistrats ?

Qu’ont-ils fait de pire que les salariés du MINEFID ?

D’autres critiques enfin, notent que curieusement, ce jeune DG est de l’Ouest, tout comme le DG de l’ONEA contre lequel pareille cabale semble en gestation…

Alors, ils en concluent que la “Mossification” repart de plus belle…

Ce qui est une lecture superficielle et biaisée de la situation car ce n’est pas pour cette raison là qu’ils sont spécifiquement visés.

Seulement, la nature de la raison pour laquelle ces DG sont visés met effectivement souvent en porte-à-faux les gens qui ont une culture personnelle hostile aux magouilles. Et il se trouve que c’est, en généralisant un peu, souvent des gens qui n’ont pas la culture moaga avec son rapport particulier au Naam.

L’affaire du DG de la Sonapost montre à mon avis que nous avons eu tort de ricaner de la dernière sortie médiatique du Dr. Émile Paré alias le Chat Noir du Nayala, Responsable de “la formation politique” du MPP.

Lorsque l’on connaît le parcours de ce monsieur, on comprend que par responsable de la formation politique, il faut entendre “Commissaire Politique” comme aux temps glorieux du NKVD, du KGB et du Komintern (Коммунистический интернационал, Kommounistitcheskiï internatsional) ! Car voyez-vous ? Ces gens sont « de Gauche »…

Or que nous disait ce monsieur ?

Que lui et une majorité de cadres et de militants du parti au pouvoir sont en désaccord avec la tentative de modernisation de la gouvernance du pays amorcée par le PF.

Ces gens ont la culture politique du parti unique, du parti-état. Dans leur esprit, le parti et l’administration ne doivent faire qu’un.

Avec la démocratie “bourgeoise”, ils veulent bien s’accommoder de quelques partis-croupions qui donnent l’illusion démocratique, mais point trop n’en faut !

Ne vous y trompez pas. Quand ces gens disent que le MPP doit assumer son pouvoir, ils ne sont pas en train de dire comme nous que l’autorité de l’État doit être restaurée. Ils sont en train de dire que le MPP doit mettre ces cadres et ces militants à tous les postes juteux de l’administration et des entreprises publiques !

Pour eux, c’est l’appartenance au parti, le zèle partisan qui prime sur la compétence !

René Dumont, citant Julius Nyéréré résume assez bien ce système :

“Il y avait dans la Tanzanie de 1979, trois bureaucraties (…) :

  • la bureaucratie classique, à savoir celle de l’Administration, qui n’était pas la plus mauvaise;
  • la bureaucratie du parti: quand on a en effet une grande « gueule » et des études médiocres, on fait plus vite carrière dans le parti que dans l’Administration;
  • puis la troisième bureaucratie, qui finance les deux autres, celle qui gère les entreprises publiques dans laquelle on vole pour les deux autres bureaucraties”.

Or, avec la non inscription de millions d’électeurs sur le fichier électoral, le financement de la vie politique est l’autre plaie de notre démocratie.

Dans un précédent article, je vous ai expliqué en détail pour quelle raison la corruption politique est la mère de la corruption dans tous les compartiments de la vie économique et sociale d’un pays.

Tant que nous n’auront pas le courage de reconnaître que l’animation démocratique et les campagnes électorales coûtent cher, et ne mettrons pas un place un système de financement conséquent et raisonnable ; avec le contrôle efficace qui va avec, il nous faudra accepter de continuer à vivre avec ces pratiques d’un autre âge !

On ne peut pas semer du mil et vouloir récolter du riz !

Revenons au cas de ce jeune, compétent et rigoureux DG de la Sonapost à qui des salariés reprochent, je cite, “une gouvernance zélée” et un “manque de respect” pour avoir osé se faire représenter par son SG à une rencontre avec les syndicats…

Voici ce que disait Gilbert GOH, représentant syndical sur WAT FM dans l’émission “Le Tribunal de l’Actualité” du jeudi 09 mais :

« C’est un peu comme l’insurrection qui s’est passé. Nous avons observé un Sit-in et le Directeur Général se fait représenter par son Secrétaire Général. Nous avons considéré ça comme un manque de considération ».

Voici les crimes odieux et impardonnables de ce DG.

Tout ce qui est reproché au jeune DG, c’est sa gestion rigoureuse de la chose publique.

L’organisation des formations sur place à Ouaga au lieu de Koudougou ; donc pas de frais de mission, plus de missions à l’extérieur pour la plupart au Maroc, avec un coût par personne de 5 millions, la nomination de jeunes compétents, etc…

Tenez vous bien, l’année dernière, il a signé un Contrat d’Objectif avec chaque directeur. Ce que les autres à part Arthur Kafando ne faisaient pas.

Il lui est reproché d’avoir évalué les directeurs formellement, et certains ont eu 4/5. Ce que les agents interprètent comme un signal donné aux directeurs de donner moins de 5 aux collaborateurs.

Et comme vous le savez, il y a tout un tas d’avantages liés à cette note : avancement en 18 mois au lieu de 2 ans, intégralité des primes etc …

Les anciens pensent que la maison leur appartient et n’ont pas digéré qu’un jeune soit parachuté DG a leur place.

Le nouveau statut et la nouvelle grille soumise au Conseil d’Administration a été ajourné “pour complément d’information”.

Une étude de soutenabilité à moyen terme avait été effectuée. Mais le CA exige que l’étude soit sur le long terme en faisant ressortir trois scénarii : Pessimiste, Tendanciel et Optmiste.

Ce qui fut fait et transmis aux administrateurs le 30 avril 2019.

Donc le CA est prévu pour le 14 mai pour réexaminer le dossier.

Le syndicat, sous couvert de ce dossier a profité réveiller les vieilles rancœurs pour en découdre.

Les gens veulent le changement mais ne veulent pas changer eux mêmes.

Un seul chiffre : avant sa gestion avec un budget de 290 000 000 on formait à peine 400 personnes. Car un directeur qui va au Maroc en formation coûte pas moins de 5 millions. Ce qui a été supprimé.

Avec 120 000 000 en 2018 il a formé 1400 personnes alors que la maison ne compte que 1180 agents.

Donc il y en a qui ont eu 2 ou 3 formations.

Tout le monde gardiens, chauffeurs, agents de liaison ont été formés. Certains depuis 20 ans d’activité n’avaient encore jamais eu droit à une formation !

Autre reproche (réaction à l’une de mes publications sur Facebook à propos de cette affaire)

« En 2018, le DG a refusé les améliorations des conditions de vie et de travail à l’ensemble des travailleurs. Pire, il a voulu introduire en cachette une augmentation de son traitement individuel au CA. Des pharmacies de la place ont refusé des bons SONAPOST. La fourniture d’eau a été interrompue dans certaines agences pour factures non réglées. Un patron ne fait pas tout à la fois !

Ce monsieur est certes, intelligent et novateur. Mais, il est arrogant et paranoïaque. Tenez, pendant que sa cour était en fumée, il était au CA de Coris bank. Quand on est mal élevé à la Macron (qui tapote la joue du président KABORÉ qui pourrait être son père d’âge) on produit des gilets jaunes encombrants. Et votre ” Macron” a produit des balais jaunes.

Les mêmes femmes à qui il a offert 2 fois de suite des pagnes de 8 mars Faso Dafani avec le budget de la Poste au détriment des postiers comme s’ils étaient mariés eux à des verres de terre.

Le DG est comparable à un cordon bleu qui vous sert ses mets dans un ” croaba” neuf !

Très bon technicien mais mauvais manager. Alors que la Poste est d’abord une entreprise de main d’oeuvre.

Le capitalisme exploiteur connaît : la croissance, le résultat… au mépris de l’Homme.

On en veut pas ! »

Je vous laisse apprécier la profondeur de ces propos….

Or, quelle est la réaction du pouvoir ?

(…) le Directeur général de La Poste a été hué et chassé par le personnel. Suite à cet incident la ministre de l’économie numérique et des postes a rencontré le syndicat.

Elle a pris l’engagement de faire examiner le statut en question le mardi 14 mai 2019 [ce Conseil d’Administration était déjà prévu et devait porter sur ce sujet et celui de la rémunération du DG]. Mais elle demande la reintegration du DG à son poste. Chose que le syndicat refuse. Car ce serait trahir la base. ” (© LeFaso.net) …

Last but not least, ce syndicat est un syndicat “proche du pouvoir” et non un syndicat “Rouge”…. Lesquels “Rouges” rient sous cape en ce moment….

Un ami disait ceci en commentaire sur l’une de mes publications :

«Il y a une constante dans l’administration burkinabé, celle que les dirigeants “vomis” sont dans la plupart des cas ceux qui exercent leurs fonctions avec responsabilité et la rigueur qui va avec.

En réalité ce sont eux les plus soucieux de l’intérêt général et donc celui du “peuple”.

En leur reprochant d’être zélés, on leur reproche en réalité d’être sérieux.

Paradoxalement, “Le peuple” se délecte toujours de la chute de ces personnes.

A contrario, les responsables laxistes, ceux qui s’accommodent de la contre-performance de leurs collaborateurs, et donc de la mauvaise qualité du service public sont adoubés, traités de “cool”, sympathiques et très abusivement d’humbles…

Il n’y a pas une autre façon d’organiser la décadence d’une nation que d’opérer la phobie des responsables sérieux et rigoureux

La question, c’est pourquoi cela prospère encore et toujours ?

La réponse, je vous l’ai donnée à plusieurs reprises. Notamment dans mon article paru sur lefasonet à propos de la nécessaire réforme du MINEFID et de toute notre administration (https://lefaso.net/spip.php?article88675) .

Cet article clos la série d’articles que j’ai démarrée en août 2018 sur les déterminants du changement. Pour le reste à chacun de faire ses choix et de les assumer.

Maix

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre