Bobo : Cri de cœur sur le déclassement de la forêt de Kua

445 0

Ceci est un message de l’Association Faso ENVIPROTEK/AFEP  sur le projet de déclassement de la forêt de Kua.

C’est dans un profond désarroi et avec inquiétude que nous suivons les informations sur le projet de déclassement de la forêt de Kua à Bobo-Dioulasso pour la construction d’un Centre hospitalier universitaire.

Nous sommes d’autant inquiets et désemparés car ce projet, initié par le Ministère de la santé a eu l’assentiment de la municipalité et ceci en dépit des répercussions que pourront engendrer la destruction ne serait-ce qu’une infime partie de ce site. En effet, des milliers d’arbres et d’habitations d’animaux seront détruits.

Nous louons l’initiative d’offrir à la population un centre hospitalier de référence pour une meilleure prise en charge des malades. La construction dudit centre est une bonne chose, mais, offrir à la population les conditions d’une meilleure santé est la meilleure.

La réponse du Ministère de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique à cette question par une note rappelant à la municipalité le caractère illégal de son acte est appréciable à juste titre. Le Ministère a bien voulu montrer que la forêt de Kua revêt d’un intérêt national d’où son classement par décret. Il est à noter que la forêt classée de Kua existe depuis plus d’une trentaine d’années. Cette forêt constitue le poumon de la ville de Bobo-Dioulasso. Au vu de l’accord de Paris sur les changements climatiques, signé le 22 avril 2016 à New York par le Gouvernement burkinabé, nous ne pouvons pas comprendre que de telles barbaries écologiques puissent faire l’objet de projet au Burkina Faso et de surcroît impliquer deux structures publiques à savoir le Ministère de la Santé et la municipalité de Bobo-Dioulasso. Pour ce faire, l’Association Faso EnviProtek/AFEP s’indigne et condamne avec la dernière énergie un tel projet qui constituera une barbarie écologique.

L’Association Faso EnviProtek invite le Gouvernement à :

– expédier une mission d’observation pour constater le niveau d’avancement dudit projet ;

– condamner à nouveau toute atteinte au site ;

– interdire formellement toute initiative visant à dégrader le site de Kua ;

– trouver un autre site approprié pour la construction du Centre Hospitalier Universitaire de Bobo.

Car, déposséder le poumon de la ville de Bobo-Dioulasso, c’est croitre la misère de la population face aux effets des changements climatiques.

Le Président

Koudougou KIENTORE


Photo : Faso 24

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre