Burkina : Les Récréâtrales se rapprochent des populations

427 0

Le Théâtre Itinérant des Récréâtrales (TIR) est un projet conçu  dans l’intention de faire voyager les créations des Récréâtrales qui ont émerveillé le public lors du festival. Cela en vue d’amener le théâtre à la rencontre des publics éloignés.

A côté des cours des habitations du quartier qui servaient endant les Récréâtrales, il y a des théâtres érigés à l’espace vide. Démontables, à structure modulable, ils sont imaginés pour la diffusion itinérante des créations des Récréâtrales en province et dans la sous-région. D’où l’appellation Théâtre Itinérant des Récréâtrales (TIR).

L’objectif de ce TIR  est d’amener le théâtre plus près des populations, à la rencontre de publics éloignés de l’offre culturelle.

Une vue du théâtre à l’espace vide lors des Récréâtrales

La première expérience débute ce 14 mai 2019 avec une des créations remarquables de la 10e édition des Récréâtrales, « Le général fou » récréé pour l’occasion.

« En ce qui concerne la scénographie, l’espace de rencontre, le théâtre, je me suis inspiré des Théâtres grecs antiques, de leur architecture. Mais il ne s’agit pas d’une réplique. Cet espace de théâtre mobile est revisité à l’aune de notre époque. Les comédiens investissent l’espace dans sa totalité, apparaissant en ombre sur les coursives, surgissant par des trappes ménagées dans le plateau, gravissant la scène ou se joignant au public », explique dans sa note d’intention, Patrick Janvier, metteur en scène, scénographe des Récréatrales.

 C’est lui qui met en scène « Le général fou », une pièce de l’Algérien Arezki Mellal. Cette fiction bouffonne et tragique relate un drame terrible joué par des hommes de pouvoir et subi par une population prise en otage. Le texte est intemporel et sans définition géographique. Il soulève des questions philosophiques au sein d’une intrigue politique.

Récréée, la pièce est présentée dans “de bonnes conditions de son et lumière”, rassure, Aristide Tarnagda. Elle est représentée  les 14 et 15 mai 2019 à l’Institut de la Jeunesse, de l’Education Physique et des Sports (INJEPS) à Ouagadougou, les 17 et 18 mai à la Cité universitaire Fasotex à Koudougou et les 20 et 21 mai à la place « Wara Wara Kan » à Bobo-Dioulasso.

Revelyn SOME

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre