Les méditations du pénitent │ Les leçons de la rupture

392 0

Ceci est une chronique de l’imam Halidou Ilboudo à l’occasion du mois de Ramadan

La rupture du jeûne est un moment essentiel dans le processus du ramadan. En ce sens que le prophète a informé que l’invocation du jeûneur fait partie de celles qui sont exaucées. En effet, le croyant qui a laissé ses passions et autres besoins pour Dieu, qui a consacré l’essentiel de son temps à s‘évertuer dans les bonnes manières, est naturellement dans les grâces du Seigneur. Savoir son invocation exaucée est une grâce pour le croyant. 

C’est pourquoi il est recommandé d’en faire à la rupture et même de prendre le jeûne comme argument. Certains compagnons du prophète avaient l’habitude de dire : « O seigneur Allah ! c’est pour toi que j’ai jeûné ; c’est avec ta provision que je romps ; accepte de moi ». Il est donc recommandé de multiplier les supplications à la rupture ; pour soi, pour sa famille, pour sa communauté et tant que c’est pour un bien et non pour la rupture des liens sociaux.

La rupture nous enseigne aussi la grâce de Dieu à travers le renouvellement de sa provision aux créatures ; comme le cycle de l’eau et des saisons, la rupture vient nous rappeler notre nécessaire besoin de Dieu. Le coran nous parle ainsi : « Dieu a fait descendre du ciel une eau par laquelle Il a fait revivre la terre après sa mort. Certes, il y a là un signe pour ceux qui savent entendre. » L’abeille – An-Nahl (16 :65)

« Ceux qui ont mécru, n’ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte ? Ensuite Nous les avons séparés, et fait de l’eau toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas ? (Coran, 21 : 30) »

Nous voyons ainsi l’importance de l’eau comme source de toute vie sur la terre juste en mesurant notre besoin en eau après nous en être privés juste une journée. Cela nous amène à penser naturellement à ceux qui n’en disposent pas tous les jours pour leurs besoins vitaux.  Et au-delà de l’eau le minimum vital. La joie de la rupture devrait normalement nous incliner au partage, à la solidarité et à la compassion. C’est pourquoi le ramadan se veut un moment de partage, de renforcement des liens sociaux.

Enfin le prophète nous informe : « Le jeûneur a deux joies : Lorsqu’il rompt son jeûne et lorsqu’il rencontrera son Seigneur »[Hadith Sahih n°5183 Djâmi’].

La première joie est immédiate et passagère : celle de recouvrer le gout de la fraicheur de l’eau et de la saveur de la nourriture. Mais aussi le sentiment d’avoir réussi à une épreuve : celle de se savoir capable de résister ; résister à l’appel de l’eau et du pain ; résister à l’appel de la chair ; résister à la rancune, à la colère, et se maitriser devant les circonstances difficiles.

La seconde joie, la plus grande est éternelle : elle a lieu le jour dernier.  C’est le jour où chaque petite action du fils d’Adam lui est très chère. Et le jeûneur sera alors fier de sa rencontre avec son seigneur.

La tradition du prophète veut que l’on rompe avec des dattes ou de « l’eau plate » et de faire des invocations à la rupture. L’eau et le sucre des dattes ont le bénéfice d’activer les fonctions de sécrétion au niveau de la bouche et d’activer ainsi le système digestif rapidement. En tout état de cause la modération reste de mise en ramadan comme hors de ramadan.

Bonne suite de ramadan

—————————————————————————————-

Participez à Ramadan avec les Démunis ave le Centre Culturel Islamique du Burkina et Imam ILBOUDO en envoyant vos contribuant aux numéros suivants : Orangemoney 76926217 et MOBICASH 72959511

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre