Député Alitou Ido : “Les années blanches ont commencé par ce même Premier ministre”

434 0

Le jeudi 16 mai 2019 devant l’Assemblée nationale, le Premier Ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a prononcé son discours sur la situation de la nation. A l’issue de la présentation, il s’est prêté aux questions des députés. A la fin de l’exercice, des élus nationaux se sont prononcés sur la prestation du Premier ministre.

Entamé à 10 heures, le discours sur la situation de la nation du Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a pris fin à 17 heures le jeudi 16 mai 2019. Cette obligation constitutionnelle a donc duré sept heures et était articulée autour du discours à proprement dit, suivi des questions des députés et les réponses du chef du gouvernement.

C’est un nouveau format proposé par le règlement intérieur de l’Assemblée nationale  qui encadre désormais le temps consacré à cet exercice. Ce nouveau format a été apprécié par l’ensemble des députés avant de scruter le fond de la prestation.

Pour Yahaha Zougrana, membre du groupe parlementaire CDP, sur la forme c’est une amélioration par rapport aux années passées. Sur le fond, il a estimé que le peuple attendait un signal fort, notamment sur l’inversion des résultats au niveau de la lutte contre le terrorisme.

Yahaha Zoungrana, membre du groupe parlementaire CDP

Par contre, le député de l’opposition s’est réjoui du fait que le Premier ministre a révélé non pas un problème de performance, mais de nombre insuffisant des forces de défense et de sécurité et le Chef de l’Etat aurait donné des instructions pour des recrutements.

Par ailleurs, Yahaha Zoungrana a rappelé qu’en septembre 2017, le ministre de la sécurité d’antan, Simon Compaoré, avait organisé un forum sur la sécurité qui aurait coûté 300 millions de F CFA.

« Si en 2017, ce diagnostic avait été fait, je pense qu’en 2019 on aura réglé ce problème de nombre des forces de défense et de sécurité », s’est-il indigné.

Alitou Ido, membre groupe parlementaire UPC

Alitou Ido, membre groupe parlementaire UPC, a estimé que le Premier ministre est resté superficiel sur plusieurs points, absence de données chiffrées, et s’est contenté d’une communication générale que de satisfaire aux préoccupations soulevées par les élus nationaux. Pour lui, un discours sur la situation de la nation doit faire ressortir les données par ministère qui donnent plus d’informations précises sur l’Etat.

Concernant le domaine de l’éducation, le Premier ministre a évoqué la possibilité d’une année blanche dans les zones de forte tension. « Ça me rappelle tristement que le même ministre… Les années blanches ont commencé par ce même Premier ministre. Vous vous rappelez ? Qu’il vienne le dire en face des députés, il y a comme un frisson quelque part », a indiqué Alitou Ido.

Cependant, Lassina Ouattara, membre du groupe parlementaire MPP, a salué la clarté et la sincérité du discours du Premier ministre. Selon lui, Christophe Dabiré a dépeint la situation du Burkina Faso avec les préoccupations et les efforts déployés.

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre