Burkina : La Douane initie une étude pour faciliter les procédures

318 0

La Direction générale des Douanes a initié une étude pour identifier les goulots d’étranglement qui affectent le traitement des procédures douanières. Il s’agit du temps nécessaire à la mainlevée des marchandises et sur les décisions anticipées. L’étude, qui a duré 11 mois, a été rendue publique ce mardi 21 mai 2019 à Ouagadougou.

Sur le plan international, le Burkina Faso est membre de l’organisation mondiale des douanes depuis le 20 octobre 1964 et a souscrit aux principes et bonnes pratiques en matière douanière. C’est dans cette lancée que la direction générale des douanes a initié une étude pour fluidifier les échanges commerciaux et de simplifier les procédures.

Adama Sawadogo, Directeur général des douanes, a rappelé que cette  étude est la première du genre réalisée par l’administration des Douanes du Burkina Faso suivant la méthodologie proposée par l’Organisation mondiale des Douanes.

L’étude a porté sur deux pans qui constituent des lourdeurs dans les processus de dédouanement. Il s’agit du temps nécessaire à la mainlevée des marchandises et sur les décisions anticipées. Le directeur générale des douanes, Adama Sawadogo, a fait savoir que l’étude visait à la réduction du temps de passage des marchandises dans les bureaux de Douane avec la simplification des procédures.

En effet, l’étude a consisté à mesurer le temps nécessaire qui s’écoule entre la date d’entrée des camions transportant les marchandises dans l’enceinte du bureau des douanes de Ouaga Inter et la sortie. Il ressort que la durée est de 5 jours 2 heures et 5 minutes et la vision de la direction générale des douanes est de le ramener à 1 jour d’ici 5 ans.

« Cette étude a permis d’identifier les goulots d’étranglement qui affectent le traitement des marchandises. La mise en œuvre des recommandations de cette étude va accroître l’efficacité de notre administration et contribuer à faire de la Douane du Burkina Faso, à l’horizon 2021, une administration moderne, équitable et professionnelle », a indiqué Adama Sawadogo.

Concernant les décisions anticipées, la direction générale des douanes a expliqué que c’est un mécanisme offert aux importateurs d’avoir une idée au préalable des informations nécessaires pour le dédouanement de leurs marchandises. Ainsi, l’importateur a la possibilité d’avoir un classement tarifaire de son produit avant l’importation. 

Il faut «permettre aux opérateurs économiques par anticipation d’avoir la position tarifaire d’une marchandise ou son origine pour éviter à l’arrivé d’avoir des problèmes avec l’administration douanière », a insisté le Directeur général des douanes sur l’importance des mesures anticipées.

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre