Forêt de Kua : Un parti écologiste écrit au Président du Faso

316 0

Dans cette déclaration, Rassemblement des Ecologistes du Burkina Faso (RDEBF) écrit au Président du Faso.

  Excellence Monsieur le Président du Faso,

Excellence, tout d’abord vous nous permettrez de vous présenter nos excuses pour cette lettre car nous vous savons sans doute très occupé et préoccupé par la situation sécuritaire de notre chère patrie. Mais aussi par les effets de la fronde sociale en nette ébullition en ce moment.

Que Dieu le tout puissant vous fortifie dans la réflexion et l’action afin de bouter hors de notre territoire ces hordes de bandits sans foi ni loi qui terrorisent nos paisibles populations.

Pour la fronde sociale, un changement fondamental de gestion des revendications des partenaires sociaux basé sur un dialogue franc et sincère pourrait être la solution.

Excellence Monsieur le Président du Faso,

Si nous vous adressons cette lettre, c’est pour nous appesantir sur un énième sujet dont nous pensons qu’on aurait pu en faire l’économie tant notre pays est confronté à d’énormes difficultés. Par rapport à la problématique posée, nous estimons que des gens travaillent à saper un pan entier de votre vision en matière de développement. Oui, Excellence, nous Ecologistes, regroupés au sein de la Fédération des Verts Africains, avions été parmi ceux-là qui vous ont applaudis lors de la constitution de votre gouvernement.

En effet, à la constitution de ce gouvernement, vous semblez porter les nobles et légitimes aspirations des écologistes du monde entier lorsque vous avez érigé un ministère plein dédié à l’Environnement, à l’Economie verte et au Changement climatique. Cette reconnaissance, appréciée par nos pairs, a fait notre fierté car disaient-ils : « voilà enfin un chef d’Etat qui a bien compris les enjeux du moment ». Autre fait remarquable, fut l’accueil que vous avez réservé à notre compatriote Yacouba Sawadogo dont le combat acharné depuis des décennies pour « arrêter le désert » a été reconnu et récompensé par le monde entier à travers le prix Nobel alternatif reçu le 25 septembre 2018 à Stockholm en Suède.

Vous l’avez reçu de manière solennelle et félicité pour le combat qu’il mène contre l’avancée du désert au Sahel. Preuve une fois de plus que vous avez à cœur toutes les questions liées à l’environnement et surtout à sa protection. A moins que l’ayez fait simplement par « conformisme » pour plaire à une certaine opinion !  Outre ces faits récents, il ne serait pas inutile de vous rappeler que les conventions que notre pays a ratifiées veulent que la couverture forestière du Burkina Faso soit d’au moins 30% alors que nous n’en sommes qu’à 13%.

Excellence Monsieur le Président du Faso,

Depuis le 19 Avril 2019, à notre grande surprise et déception, la forêt de Kua, dans la région des hauts-bassins, province du Houet, est l’objet de menace de déclassement de 16 de ses 350 hectares pour la construction d’un centre hospitalier universitaire et ce, après l’adoption d’une délibération du Conseil municipal de Bobo Dioulasso portant avis favorable pour le déclassement de ladite superficie.

Une décision, tout en étant illégale, qui continue de susciter une vive indignation et réprobation de l’opinion publique obligeant certains de vos plus proches collaborateurs à réagir souvent en contradiction avec la volonté de l’opinion publique.

Comme pour donner la position définitive de votre gouvernement sur cette affaire, le Premier ministre, lors de son discours sur la situation de la nation le jeudi 16 mai, et répondant à une question sur le déclassement d’une partie de cette forêt qui fait couler beaucoup d’encre et de salive a laissé entendre que : « Nous avons contractualisé avec nos amis chinois. Le maire nous a proposé 4 sites. Le site qui peut nous permettre d’éviter les déguerpissements et d’éventuels dédommagements, c’est la forêt de Kua. Nous n’avons pas l’intention de mettre en péril l’environnement…”.

Excellence monsieur le président du Faso,

 Cet argument du premier ministre reste peu convaincant au regard de l’importance que constitue cette forêt de Kua. En effet en titre illustratif, cette forêt de Kua se situant à cheval entre le village de Kua et celui de Pala, à environ sept kilomètres du centre-ville de Bobo-Dioulasso, en bordure de la route nationale n°1 a une superficie estimée à 350 hectares. Elle a été classée suivant l’arrêté 891/SE du 27 avril 1936 par l’administration coloniale. On y trouve selon les estimations environ 170 espèces végétales ligneuses et herbacées avec une densité de 112 pieds par hectare soit 40 mille pieds pour l’ensemble de la forêt, sans compter les arbustes. On y trouve également des espèces fauniques et environ cinq importantes sources d’eau. De par ces caractéristiques, la forêt de Kua est sans conteste le poumon vert de la ville de Bobo. Elle permet non seulement de séquestrer les gaz, le carbone mais aussi, elle permet de libérer dans notre atmosphère de l’oxygène qui est très utile pour notre santé. « Si vous avez de la peine, si la vie est méchante avec vous, refugiez-vous au cœur de la forêt, elle ne vous décevra jamais. Chaque plante, chaque fleur, chaque arbre, chaque animal sont la preuve vivante de la toute-puissance de Dieu et la    forêt vous redonnera courage », disait un auteur écologiste.

Excellence, face aux velléités de déclassement de cette forêt, notre parti, le Rassemblement des Ecologistes du Burkina Faso (RDEBF), tout en reconnaissant la grande importance de   l’infrastructure sanitaire à bâtir, se trouve plongé dans un profond désarroi et une inquiétude totale.  Fidèle à ses idéaux de protection de l’environnement, nous :

-déplorons la procédure de déclassement de la forêt de Kua pour la construction de cet hôpital ;

-condamnons avec la dernière énergie les dérives du gouvernement dans le traitement de ce dossier ;

-interpellons les populations de la ville de Bobo Dioulasso à cultiver la solidarité afin de parler d’une même voix pour dire non au déclassement de la forêt de Kua ;

-exhortons le gouvernement au strict respect des lois votées dans le cadre de la protection de l’environnement et à la mise en œuvre des conventions ratifiées dans ce sens ;

-demandons la recherche d’un autre site pour l’érection de cette noble infrastructure sanitaire, convaincu que nous sommes comme le patriarche Yacouba Sawadogo, que « le premier hôpital de l’homme, c’est la forêt ».

Excellence monsieur le président du Faso,

Le RDEBF, conscient du rôle combien important des forêts (même si un de vos fidèles en ignore l’importance) dans la préservation de la santé des populations et de leur bien-être, reste convaincu que la protection de l’environnement est le seul gage de développement de notre cher pays. Aussi, la nature n’appartenant à personne, nous avons tous le devoir de la protéger pour la léguer belle, riche et diversifiée aux générations futures.

Ainsi nous en appelons à votre sens élevé du bien-être collectif et conformément à la vision que vous nous avez laissé entrevoir pour mettre un terme à cette dérive écologique. Excellence, votre responsabilité est hautement engagée dans le traitement de ce dossier et constituera un signal fort vis-à-vis de la jeune génération. Et comme l’a si bien dit l’écrivain et Homme d’Etat Vaclav Havel « s’agissant de la responsabilité, l’élément le plus intéressant tient au fait que nous la portons où que nous soyons. Cela signifie qu’elle nous appartient, que nous devons y faire face, ici et maintenant… ».

Dans ce sens, Excellence, cette interpellation reste la forme la plus pacifique que nous écologistes, amoureux et défenseurs de l’environnement, avons trouvée pour attirer votre attention sur la nécessité d’agir pour sauver cette forêt. Cependant, en cas de non satisfaction, nous nous verrons dans l’obligation de nous joindre à tout autre forme de revendications aux côtés d’autres forces sociales afin que la forêt de Kua retrouve sa tranquillité.

 Dans l’espoir que vous saurez vous mettre au-dessus de la mêlée et trancher dans l’intérêt supérieur du Burkina Faso, veuillez agréer, Excellence Monsieur le Président du Faso, l’expression de notre plus haute considération.  

Adama Séré 

Président du Rassemblement des Ecologistes du Burkina Faso (RDEBF)

 

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre