8e TAC : Les experts de la Côte d’Ivoire et du Burkina réunis à Bobo-Dioulasso

1735 0

Des experts de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso sont en conclave à Bobo-Dioulasso. Pendant trois jours, ils vont  lancer les bases de la tenue du 8ème  sommet du Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre les deux Etats. La cérémonie a eu lieu le mercredi 22 mai 2019.

« L’évaluation de l’état de la mise en œuvre des décisions et recommandations issues de la 7ème conférence du Sommet  du Traité d’amitié et de coopération entre la république de la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso (TAC),  les échanges préparatoires de la 8ème Conférence du Sommet des chefs d’Etat du TAC 8 et l’identification de nouveaux secteurs de coopération », sont, entre autres, les raisons de la tenue de cette 3ème rencontre des experts des deux Etats à Bobo-Dioulasso.          

Mais au-delà de ces aspects, les grands axes de la coopération tel que la question de l’axe Yamoussoukro –Ouagadougou, l’orpaillage clandestin et la lutte contre le trafic des enfants seront passés en revue.

Les dossiers prioritaires et spécifiques seront examinés en  travaux de commission avant de passer en plénière. Au final, les discussions des experts aboutiront à l’élaboration d’un rapport conjoint  par les deux parties. Ce rapport sera apporté au plus haut niveau afin de diligenter sa mise en œuvre.

Mais  d’ores et déjà,  la Directrice générale de la coopération bilatérale du Burkina Faso Olivia Rouamba  est  convaincue que « lorsque des frères se retrouvent pour discuter de leur destin commun dans un cadre empreint de convivialité et de fraternité, ils ne peuvent qu’aboutir à de bons résultats », dit-elle. Avant d’affirmer que le brassage culturel « a eu raison de nos différences ». Pour elle, « notre avenir nous dicte la solidarité et la cohésion dans la mesure où la Côte d’Ivoire, c’est l’autre nom du Burkina Faso. Et le Burkina Faso, c’est l’autre nom de la Cote d’Ivoire ».

Ce cadre d’échange qui portera également sur la sécurité, la coopération administrative et transfrontalière se veut fructueux. « Nous sommes là pour évaluer avec fraternité et sans complaisance les recommandations de nos chefs d’Etats respectifs. Nos plus hautes autorités sont attentives aux conclusions et recommandations qui sortiront de cette rencontre préparatoire », renchérit le Directeur général de la coopération bilatérale de la Côte d’Ivoire, Louis Bony.

Depuis sa création en juillet 2008, le TAC a permis la signature de 80 accords entre les deux Etats.

Aminata SANOU             

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *