« Ceux qui veulent déclasser la forêt de Kua ont besoin d’une délivrance », selon un Pasteur

308 0

Le Président de l’Association WendKouni pour le développement de l’Afrique, Wendlarima Hermann Sawadogo, s’est prononcé sur l’affaire du déclassement d’une partie de la forêt de Kua. Pour le chercheur en phytothérapie et médecine naturelle, « il y a plusieurs autres terrains à Bobo Dioulasso qui ne sont pas des forêts dans lesquels on pourrait construire même des R+4 ou des souterrains ».

Wendlarima Hermann Sawadogo est un promoteur des fonctions de masse. Chercheur en phytothérapie et en médecine naturelle, ce révérend pasteur évangéliste est également le Président de l’Association WendKouni pour le développement de l’Afrique. En tant qu’enseignant chercheur, il a produit une vingtaine de livres sur les recettes des plantes qui guérissent. Concernant la question du déclassement d’une partie de la forêt de Kua, il a son mot à dire.

« Pour moi, cette question ne devrait même pas se poser. Il faut être quelqu’un qui est insensé pour dire de détruire une forêt au profit d’un hôpital. Les produits pharmaceutiques sont fabriqués à 25% à base de plantes. Dieu a créé l’arbre pour soigner l’homme, l’animal et l’environnement. Il y a d’autres terrains à Bobo Dioulasso qui ne sont pas des forêts dans lesquels on pourrait construire même des R+4 ou des souterrains pour soigner les gens », a-t-il laissé entendre.

Selon le Pasteur, au lieu de mener des débats stériles, l’hôpital Sourou Sanou de Bobo peut même être renforcé. Il a également déclaré que « les personnes qui veulent déclasser la forêt de Kua ont vraiment besoin d’une délivrance ». « Ce n’est pas leur faute. Elles sont possédées par un esprit, l’esprit d’échec au bord du succès », a-t-il révélé. L’homme forme par ailleurs des jeunes au Burkina dans le domaine de l’entreprenariat.

Chercheur en médecine naturelle, il s’est, en fait, prononcé sur la question de Kua ce jeudi 23 mai 2019 à Ouagadougou au cours de la présentation d’un projet sur l’entreprenariat au profit des étudiants de l’Université Joseph-Ki Zerbo. La formation sera l’œuvre de l’Association Wenkouni pour le développement de l’Afrique. Les modules sur la création et la gestion des microentreprises seront assurés par des personnes ressources et/ou structures partenaires.

« La formation dans les activités de production (de savon, de pommade, d’eau de javel, de mayonnaise, de vinaigre, etc.) va se faire en phases théorique et pratique. Les étudiants seront mis en groupe de dix pour le besoin des cas pratiques. Les phases pratiques se dérouleront dans la cour de l’incubateur », a-t-il expliqué.

Cette formation se déroulera au cours des mois de mai et juin 2019 en deux étapes majeures. L’objectif général, selon ses initiateurs, est d’accroitre l’auto-employabilité d’environ 300 étudiants à travers des formations dans plusieurs domaines d’activités génératrices de revenus.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre