Réseaux sociaux et terrorisme : “Le moment est arrivé de s’auto-réguler”

606 0

Dans le souci de permettre une conscientisation de la frange juvénile et des Forces de Défense et de Sécurité sur l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), un atelier de formation a été initié. Un atelier pensé et voulu par l’association Fiil-Paa. La cérémonie d’ouverture de ladite formation est intervenue ce vendredi 24 mai 2019 à Ouagadougou.

« Le moment est arrivé de s’auto-réguler dans l’usage des réseaux sociaux », a déclaré le président de l’association Fiil-Paa, Nestor Noufé à l’ouverture de l’atelier de formation. Une séance qui va réunir les Forces de Défense et de Sécurité, des élèves, des communicateurs et des professionnels des réseaux sociaux.

Ladite formation va s’articuler autour du thème : « les forces de défense et de sécurité et l’usage des réseaux sociaux à l’ère de la lutte contre le terrorisme ambiant ». Une organisation sous un thème qui selon Nestor Noufé, « rime avec le constat du moment ». « Une triste réalité » que le Burkina Faso subit, selon lui.

« Le comble est qu’avec l’avènement des réseaux sociaux au Burkina Faso, tout semble permis. Le droit naturel est bafoué, les données à caractère personnel ne sont plus respectées. Facebook, qui n’est plus un hors media,  n’est pas régulé. La frange juvénile, qui est numériquement la plus importante, utilise ce canal comme elle l’entend sans aucun encadrement préalable » (Djoumité Nestor Noufé).

Une situation qui pousse la Commission de l’Informatique et des Libertés (CIL) à affirmer par la voix de sa présidente que les auteurs d’actes répréhensibles seront punis conformément à la loi No010. Marguerite Ouédraogo/Bonané ajoute qu’avec l’appui d’autres institutions, sa structure a entamé des réflexions afin de trouver les voies et moyens à suivre pour réduire les effets néfastes des réseaux sociaux.

Une vue des participants à la formation

« L’utilisation des réseaux sociaux est aujourd’hui quasi incontournable pour tout le monde et en particulier pour la jeunesse. Cependant, ils constituent l’un des espaces d’expression les plus exposés à la désinformation », a-t-elle ajouté. Ainsi, la CIL dont la mission est de veiller au respect des droits des personnes en matière de traitement de leurs données personnelles s’efforce à travers divers moyens d’expliquer que les réseaux sociaux doivent être au service des citoyens et non un moyen pour nuire.

Une réflexion qui est partagée par la secrétaire général du ministère de la communication, Hortense Zida, représentante du ministre. « L’usage des réseaux sociaux doit se faire d’une manière qui soit bénéfique à tous et dans le respect de certaines règles. Et cela encore plus dans ce contexte d’agression de toutes parts de notre pays par les terroristes », a-t-elle estimé.

C’est donc des participants issus des différents corps des forces armées, des élèves et des usagers des réseaux sociaux qui seront outillés à la sortie de cette formation.

Basile SAMA

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre