Sourou : Le Pr Stanislas Ouaro aux cotés des élèves déplacés

582 0

Dans l’objectif de faciliter le bon déroulement des examens scolaires, le ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, le Pr Stanislas Ouaro, a procédé ce vendredi 31 mai 2019 à une remise de vivres et de matériels aux élèves déplacés suite aux attaques et aux menaces terroristes dans la province du Sourou.

Deux milles, c’est le nombre d’écoles fermées à travers le Burkina Faso pour des raisons liées au terrorisme. Mais pour ne pas céder aux caprices de « ces forces obscures », le ministre de l’alphabétisation veut mettre tout en œuvre pour permettre une tenue effective des examens scolaires pour l’année académique 2018-2019.

Trois sites de regroupement ont été créés dans la province du Sourou à l’instar d’autres provinces en proie à des attaques terroristes. Et pour donner le ton, le ministre en charge de l’éducation nationale est allé apporter son soutien et celui de son ministère aux élèves déplacés dans la province du Sourou.

Des denrées alimentaires et du matériel pédagogique ont ainsi remis aux élèves venus de cinq localités différentes et cantonnés à Tougan en vue de prendre part à l’examen du Certificat d’Etudes Primaires. « Nous avions fait le point afin de faire en sorte que ces élèves aient le nécessaire jusqu’à la fin des examens. Ce que nous avons fait venir leur permet d’être dans des conditions raisonnables d’alimentation, de formation et de participation aux examens », a expliqué le ministre de l’éducation nationale, le Pr Stanislas Ouaro.

La délocalisation des élèves ou des centres d’examens a été effectuée dans six régions selon le ministre. Un triste constat que les premiers responsables de l’éducation au niveau provincial ont fait avec environ 80 écoles fermées dans la localité soit 41% des infrastructures scolaires.

Tout en reconnaissant les efforts déjà consentis, le directeur provincial de l’éducation, Benjamin Kaho, estime que des zones d’ombres persistent toujours et nécessitent un regard du gouvernement. « Il faut que la continuité des activités soit assurée et c’est ce qui explique le cantonnement de ces classes de CM2 dans la ville de Tougan. L’éducation est un droit et même en situation d’urgence, ce droit doit être garanti », dit-il.

Une photo de famille du ministre avec les autorités régionales et provinciales

« Ce regroupement n’est pas une fatalité. Nous devons être résilients face à cette situation. Une situation qui va passer mais en entendant qu’elle passe, nous ne pouvons pas baisser les bras. Notre souhait, c’est que les examens se passent bien et nous y travaillons. Tout devrait bien se passer » (Pr Stanislas Ouaro)

Un autre clou de la visite du Pr de mathématiques dans la province du Sourou a été la visite du chantier de construction d’un lycée scientifique. Un chantier dont l’avancement ne plait guère ni au ministre de l’éducation, ni à l’ancien premier ministre Paul Kaba Thiéba qui ont tous souhaité une re-dynamisation des travaux afin d’offrir ce « lycée tant attendu » aux populations de la province et de la région.

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre