Zimbabwe : Le bureau local d’Amnesty fermé pour détournement de fonds

360 0

Selon Africanews, le bureau local de l’ONG de défense des droits de l’homme, Amnesty International est fermé à la suite d’accusations de détournements de fonds.

La police zimbabwéenne a ouvert une enquête portant sur un détournement de plusieurs millions de dollars par le bureau local de l’ONG internationale. Ces allocations faites par des donateurs se seraient évaporées sans même figurer dans les documents comptables de l’organisation. La succursale zimbabwéènne de l’ONG  a fermé ses portes tandis que le directeur pays a démissionné. Le président et le responsable financier quant à eux sont entendus par la police.

“Un audit approfondi mené fin 2018 a permis de mettre au jour des preuves de fraude et de mauvaise gestion financière de la part des membres d’Amnesty International Zimbabwe”, souligne dans un communiqué l’organisation qui a elle-même commandité cette opération.

Tentant de rassurer ses donateurs et l’opinion, le document ajoute en outre que “le conseil d’Amnesty International peut donner l’assurance que, depuis que les allégations ont été révélées, des mesures urgentes de gestion des risques financiers ont été mises en place pour garantir le respect des procédures anti-fraude et de corruption et la sécurité des fonds des donateurs”, a-t-il indiqué.

Ce dernier scandale vient s’ajouter à une longue liste de controverses dans l’utilisation abusive des fonds des donateurs destinés à des organisations de la société civile zimbabwéenne. Entre autres, en 2018, l’USAID a suspendu son aide à des organisations non gouvernementales dont l’Association des droits de l’homme du Zimbabwe (ZimRights), le Centre de ressources électorales (ERC) et le Service d’aide psychologique (CSU) pour mauvaise gestion des fonds alloués.

Ces défaillances dans ces gestions financières ont pour conséquence une importante vague de départs de plusieurs experts de l’organisation. A ceux-ci, il faudrait ajouter 70 employés sur une pente raide.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU 

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre